Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

Des ultras au gardien de but de Liverpool : "Tes enfants méritent de mourir"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

La chute de la monnaie turque s'invite dans la campagne

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"L'Italie cède au diktat de l'Europe"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guy Forget : "C'est une nouvelle version du tournoi de Roland-Garros"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Timochenko : "Je ne regrette pas ce que j'ai fait" en Colombie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Madagascar : la justice exige la nomination d'un gouvernement d'union nationale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Irlande: référendum historique sur l'avortement

En savoir plus

TECH 24

VivaTech 2018 : Paris veut s'imposer sur la mappemonde du numérique

En savoir plus

BILLET RETOUR

La bataille et ses héros en mémoire, Kobané se reconstruit

En savoir plus

Les tatouages sonores font parler d'eux

© AFP / Par Veronique DUPONT

LOS ANGELES (AFP) - 

Hanna Washlake scanne avec son téléphone l'onde sonore qu'elle vient de se faire tatouer sur le poignet: "Salut Hanna, c'est Maman. Je suis si fière de toi". C'est le 35e tatouage de cette fanatique des aiguilles et de l'encre mais celui-ci est différent: il s'écoute.

"C'est un message enregistré par ma maman. Je lui ai juste dit +envoie-moi un message, quelque chose que tu veux que je sache pour toujours+, comme ça je fais le tatouage et je lui montre pour la fête des mères", a raconté à l'AFP la jeune femme de 24 ans.

Hanna est l'une des adeptes de Soundwave Tattoo, une technique de tatouages sonores créée l'an dernier par Nate Siggard, un tatoueur de Los Angeles.

Inspiré par une suggestion de sa petite amie, il a imaginé des tatouages en forme d'ondes sonores qui peuvent être scannés et joués grâce à une application pour smartphones, Skin Motion.

L'ex-programmeur de sites internet et d'applications a conçu une technologie mêlant la reconnaissance d'image, le traitement sonore et l'informatique dématérialisée ("cloud").

Hanna se réjouit ainsi d'avoir toujours sur elle la voix de sa mère: "Elle n'est pas éternelle, alors je pourrai l'entendre quand je voudrai".

Nate Siggard a choisi pour sa part de se faire tatouer la voix de sa copine lui déclarant "je t'aime" et des babillements de son bébé.

- Son de voiture -

Tiffany Garcia, installée à Torrance en Californie, fait partie du réseau désormais mondial de tatoueurs de Skin Motion: "La plupart du temps, les gens choisissent des messages d'enfants, de proches, ou... du son de leur voiture préférée".

Ces petites madeleines de Proust auditives ne fonctionnent qu'avec un compte Skin Motion, qui nécessite quelque 40 dollars pour être activé puis 10 dollars par an pour rester opérationnel.

L'effet de mode initial - le site internet de Soundwave Tattoos revendique 350 millions de clics sur ses vidéos de démonstration initiales - va-t-il durer?

Nate Siggard, joint par l'AFP, refuse de donner le nombre de clients qui se sont fait graver une onde sonore dans la peau, tout en soulignant que son réseau comporte à présent 330 tatoueurs dans le monde, notamment en Europe.

Tiffany Garcia, elle, ne peut s'empêcher de voir encore plus loin: "Dans mes rêves les plus fous, le tatouage le plus interactif qui soit pourrait se toucher comme le clavier de ton téléphone. On pourrait le toucher et cela taperait le numéro. Ce serait vraiment cool".

Par Veronique DUPONT

© 2018 AFP