Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

Yannick Noah: "Ce que je garde, c'est l'investissement"

© AFP | Yannick Noah lors de la Fed Cup à Aix en Provence le 22 avril 2018

AIX-EN-PROVENCE (AFP) - 

Yannick Noah, qui a vécu son dernier match comme capitaine en Fed Cup, gardera de ces deux années sur le banc "l'investissement" de ses joueuses, a-t-il affirmé après l'élimination en demi-finale, dimanche à Aix-en-Provence.

"Cela n'a vraiment pas d'importance qu'il ait manqué des joueuses. Pendant deux ans, j'ai beaucoup parlé des absentes, mais de moins en moins en fait, parce qu'on a créé notre groupe. Ce groupe est vraiment solide", a-t-il estimé.

Q: Comment avez-vous vécu ce weekend?

R: "L'idée, c'était de se préparer du mieux possible pour pouvoir leur donner un peu de fil à retordre. Après, il y a la folie des matches, le score, les points qui défilent. On a eu des occasions, c'est déjà pas mal. Cela aurait pu être plus compliqué. Les filles se sont bien battues, (un score de) 4-1 aurait été plus simple à digérer (rires). Je suis fier de ma team."

Q: Que garderez-vous de ces deux années en Fed Cup?

R: "On a passé des très bons moments, c'est une famille. J'ai un staff, une belle bande. On a travaillé dans une bonne atmosphère. Elles ont donné le meilleur d'elles mêmes. Il y a aussi Alizé (Cornet)... Elles étaient prêtes à faire des sacrifices pour l'équipe. On a vécu des moments fantastiques. Je sais que ça continuera sans moi. Je les remercie de m'avoir fait vivre de tels moments, de leur confiance. On s'est promis de rester en contact. J'étais supporter n°1, je le resterai. Je ne serai plus sur la chaise mais je ne serai pas loin."

Q: Regrettez-vous l'absence de certaines joueuses, comme Caroline Garcia?

R: "Cela n'a vraiment pas d'importance qu'il ait manqué des joueuses. Pendant deux ans, j'ai beaucoup parlé des absentes mais de moins en moins en fait parce que du coup on a créé notre groupe. Ce groupe est vraiment solide. Avant cette demi-finale, sur le papier, normalement il n'y a pas de match. Finalement on n'était pas loin. Les filles, cela faisait plus de dix jours qu'elles préparaient cette rencontre. Les Américaines ont eu un peu moins de temps. Ce que je garde, c'est l'investissement. On a rendez-vous tel jour, on se fait confiance et on y va à fond pour l'équipe. C'est une force. A un moment donné, le public ne se trompe pas. Peu à peu, des gens nous ont suivis et nous ont fait confiance. Ils croient en nous pour notre état d'esprit. Je souhaite que cela continue. C'est elles qui ont l'expérience et elles vont encore progresser. Elles me l'ont promis."

Q: Comment voyez-vous l'avenir pour cette équipe?

R: "On est encore un peu dans l'émotion du match. On va prendre un peu de recul, souffler un peu pour avoir une analyse plus juste. J'ai vraiment confiance en elles. Je crois en elles. Je pense qu'on peut faire mieux tous. Il faut que l'on puisse analyser sereinement ce que l'on a fait de super et ce que l'on peut améliorer. Si je peux les regarder plus tard et les voir gagner, cela me fera plaisir."

Propos recueillis en conférence de presse

© 2018 AFP