Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

Amériques

Au moins 34 morts en une semaine dans des manifestations contre le pouvoir au Nicaragua

© Inti Ocon, AFP | Des affrontements à Managua, le 21 avril 2018.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/04/2018

La vague de manifestations au Nicaragua contre une réforme des retraites, depuis abandonnée, a fait 34 morts en six jours. Le pays revient à un calme relatif dans l'attente d'un dialogue national sous l'égide de l'Église.

Le Nicaragua est secoué par une vague de manifestations d'une rare violence. Ces heurts ont fait 34 morts en six jours, selon un nouveau bilan communiqué mercredi 25 avril  par le Centre nicaraguayen des droits de l'Homme (Cenidh).

Le nombre de décès pourrait augmenter dans les prochaines heures, a prévenu l'organisme, alors que 66 blessés sont à l'hôpital, dont 12 "en état grave", et que 16 personnes sont toujours portées disparues.

"Nous condamnons la violence utilisée par la police et ses groupes paramilitaires contre les jeunes [qui manifestaient] pour une cause juste", a déclaré Marcos Carmona, représentant du Cenidh. "Ils tiraient avec des snipers. La majorité des morts ont été touchés à la tête, au cou et au thorax", a-t-il affirmé. "Ces décès doivent faire l'objet d'une enquête et les responsables doivent être poursuivis."

Une médiation de l'Église

Le Nicaragua est toutefois revenu, mercredi, à un calme relatif après une médiation annoncée de l’Église. L’archevêque de la capitale Managua, Leopoldo Brenes, a accepté mardi de servir de "médiateur et témoin" du dialogue, en insistant pour que le gouvernement "évite tout acte de violence".

Le président Daniel Ortega, ex-guérillero de 72 ans, confronté à une vague de colère sans précédent, a également joué la carte de l'apaisement, en libérant des dizaines d'étudiants arrêtés lors des manifestations et en levant la censure appliquée à une télévision locale.

D'autres manifestations prévues

Déclenchée par des étudiants contestant une réforme des retraites qui augmentait les cotisations et réduisait le montant des pensions, la vague de colère s'est rapidement propagée à l'ensemble de la population, qui a continué à défiler même après l'abandon de la réforme dimanche. En toile de fond, un mécontentent général face aux dures conditions de vie et à la confiscation du pouvoir par Daniel Ortega, déjà à la tête du pays de 1979 à 1990 et revenu en 2007.

Pour montrer qu'il n'a pas totalement perdu le soutien de la population, le Front sandiniste au pouvoir a convoqué, jeudi, une manifestation de soutien au gouvernement.

De son côté, l'Église catholique appelle à défiler, samedi, "pour montrer notre foi et notre amour du Nicaragua", a annoncé sur Twitter l'évêque adjoint de Managua, Silvio Báez. Dur critique du gouvernement, il a estimé que "le chemin [était] ouvert pour construire de façon pacifique et civique un nouveau pays. L'heure est venue de reconstruire la démocratie ! Il est temps que le Nicaragua redevienne une république !", a ajouté Silvio Baez.

Avec AFP

Première publication : 25/04/2018

  • NICARAGUA

    Heurts meurtriers lors de manifestations contre la réforme des retraites au Nicaragua

    En savoir plus

  • NICARAGUA

    Au Nicaragua, début d’une élection présidentielle confisquée par le chef d’État sortant

    En savoir plus

  • NICARAGUA

    Présidentielle au Nicaragua : Ortega candidat à sa réélection, avec sa femme

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)