Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Affaire Benalla : l'Élysée au coeur de la tempête

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bianca Jagger : "Ortega a trahi la révolution sandiniste" au Nicaragua

En savoir plus

LE DÉBAT

Turquie : quelles libertés après l'état d'urgence ?

En savoir plus

POLITIQUE

Soupçons d'Ingérence russe : l'étrange volte-face de Donald Trump

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Pascal Pavageau : "Vous ne pouvez pas avoir raison tout seul, tout le temps"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Donald Trump : la volte-face

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Ant-man et la Guêpe" : un Marvel au féminin

En savoir plus

FOCUS

Espagne : dans l'enfer des exploitations de fraises

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Ortega Basta"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Grands titres, éditos, photos et dessins du jour... Nos chroniqueurs passent en revue les Unes de la presse française et étrangère, ainsi que les débats qui l’alimentent. Du lundi au vendredi à 7h15 et 9h15.

Dernière modification : 25/04/2018

Téhéran à Washington : "Quitter l'accord sur le nucléaire iranien n'est pas une option"

© France 24

Dans la presse, ce mercredi 25 avril, les tensions entre l’opposition et le président à Madagascar, le placement en garde à vue de l’homme d’affaires Vincent Bolloré. La réaction de Téhéran aux déclarations franco-américaines sur l’accord sur le nucléaire iranien. Et la main de Melania Trump.

<span><span>Le + </span></span>: Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre <span><span>i</span></span><span>Phone</span> ou sur <span>tout autre mobile</span>. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur <span>Facebook</span>

 

Dans la presse, ce matin, le bras de fer entre l’opposition et le chef de l’Etat à Madagascar - des tensions qui ont donné lieu à une grande manifestation, interdite par le gouvernement, dont la répression a fait 6 morts, d’après Jeune Afrique.

Toujours selon le magazine, les funérailles, aujourd’hui, des six victimes, «vont être l’occasion de nouveaux rassemblements dans la capitale et constituer un véritable test quant à la survie politique du président» Rajaonarimampianina, qui a reçu le soutien de l’armée mais qui doit faire face aux attaques simultanée de ses prédécesseurs Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina – dont le rassemblement sur de nombreux points, notamment leur opposition aux nouvelles lois électorales défendues par l’actuel chef de l’Etat, ne présagerait «rien de bon» pour lui, d’après Jeune Afrique. Les anciens et les nouveaux dirigeants, que La Gazette de la Grande Ile renvoie dos à dos, en expliquant que «eux qui sont à la tête de l’Etat se targuent d’avoir la légalité, mais n’agissent jamais pour l’intérêt général», et que « eux qui se targuent d’avoir la légitimité se basent sur le nombre de gens qu’ils arrivent à drainer dans la rue mais n’agissent également que pour leur propre intérêt, avoir le pouvoir».

 

Le site Actuana exprime son inquiétude. «Ce qui se passe est grave. Un mot déplacé, des propos provocants, et adieu (le) statut quo fragile qui volera en éclat en moins de temps qu’il ne faut pour le dire». Plus optimiste, Midi Madagasikara estime que «la crise est loin d’être résolue, mais (que) la situation commence à se décanter».

Un mot, également, du placement en garde à vue, en France, de l’homme d’affaires Vincent Bolloré, dans le cadre d’une enquête sur les conditions d’octroi de concessions portuaires en Guinée et au Togo en 2010. Le patron du groupe qui porte son nom est soupçonné d’avoir entretenu des liaisons dangereuses entre sa filiale de communication Havas et des dirigeants africains, notamment Faure Gnassingbé, le président du Togo et Alpha Condé, le président de la République de Guinée. «Le milliardaire breton, symbole de la Françafrique, est-il coupable de corruption?», s’interroge L’Humanité, qui juge que «la question, si elle n’a pas de réponse dans l’immédiat a le mérite de mettre en lumière un système huilé de collusion et d’«amitiés» dans les milieux économiques et politiques entre les deux continents». «Vincent Bolloré et l’Afrique, une chasse bien gardée», titre le journal.

«Vincent Bolloré finira-t-il par se noyer dans les eaux des ports de Conakry ou de Lomé, dont il est le concessionnaire?», demande L’Observateur Paalga. Le quotidien burkinabé affirme que «ce n’est pas demain que l’on verra la tête du célèbre Breton trôner sur le tableau de chasse de la justice française», mais dit voir «l’étau judiciaire se resserrer davantage autour de lui». Vincent Bolloré et son groupe se sont toujours défendus de toute corruption. Le président Alpha Condé, lui, avait déjà répondu à ces accusations en 2016 dans Le Monde: «Bolloré remplissait toutes les conditions d’appels d’offres. C’est un ami, je privilégie les amis. Et alors?».

En Iran, la réaction aux déclarations de Donald Trump et Emmanuel Macron sur l’accord sur le nucléaire iranien ne s’est pas faite attendre.Les deux dirigeants laissent planer la possibilité d’une révision de cet accord, maisn c’est une hypothèse totalement rejetée par la République islamique, comme en témoigne The Iran Daily, avec le président Hassan Rohani, et cette déclaration: «les conséquences seront sévères» si les Etats-Unis décident d’abandonner le traité sur le nucléaire».

«Quitter l’accord sur le nucléaire n’est pas une option», titre The Tehran Times - cette fois l’avertissement émane directement du secrétaire général du Conseil suprême de la sécurité nationale, l’homme-clé de la sécurité iranienne, l’amiral Shamkhani.

On ne se quitte pas là-dessus. Le président français n’est pas le seul à être observé à la loupe, la presse américaine scrutant aussi les moindres faits et gestes de l’épouse du président des Etats-Unis, Melania Trump, dont Quartz a remarqué la répulsion manifeste à tenir la main de son mari – une habitude, chez la First Lady, déjà surprise à plusieurs reprises, dans le passé, à écarter les doigts les doigts présidentiels des siens. Un journaliste du site américain, exprime toute sa sollicitude: «Quand je la vois serrer les lèvres et presque déglutir quand le président glisse sa main dans la sienne pour la tenir, je ressens un peu de ce qu’elle doit ressentir, pas la rage ou les émotions compliquées liées au fait d’être mariée à quelqu’un comme Trump, juste le dégoût de devoir tenir la main à un autre adulte. Je déteste ça, et Melania a l’air de détester ça aussi». Donald Trump a eu plus de chance avec Emmanuel Macron.

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

19/07/2018 Florent RODO

"Ortega Basta"

Au menu de cette revue de presse du 19 juillet, les violences qui se poursuivent au Nicaragua, la polémique qui touche un collaborateur d'Emmanuel Macron, les récits d'agressions...

En savoir plus

18/07/2018 Sandrine GOMES

"Donald Troll"

Au cœur des débats dans la presse ce mercredi 18 juillet, les futures relations post-Brexit avec l'UE qui continuent de diviser le camp conservateur britannique de plus en plus...

En savoir plus

18/07/2018 Sandrine GOMES

Après la victoire des Bleus, "comment entretenir la flamme ?"

À la une ce mercredi 18 juillet, la presse française s'interroge : "Comment entretenir la flamme" après la victoire au mondial de Russie, tandis que le gouvernement est au pied...

En savoir plus

17/07/2018 Sandrine GOMES

Retour triomphal des Bleus : "Une histoire de France"

À la une de la presse, mardi 17 juillet, le retour triomphal des Bleus après leur victoire au Mondial, acclamés à l'unisson car ils ont fait l'histoire. La joie du football...

En savoir plus

17/07/2018 Sandrine GOMES

Rencontre avec Poutine : la "trahison ouverte" de Trump

Les débats dans la presse s'intéressent ce mardi 17 juillet à la première rencontre bilatérale entre Donald Trump et Vladimir Poutine, lundi à Helsinki. Au vu de l'attitude du...

En savoir plus