Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Timochenko : "Je ne regrette pas ce que j'ai fait" en Colombie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Madagascar : la justice exige la nomination d'un gouvernement d'union nationale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Irlande: référendum historique sur l'avortement

En savoir plus

TECH 24

VivaTech 2018 : Paris veut s'imposer sur la mappemonde du numérique

En savoir plus

BILLET RETOUR

La bataille et ses héros en mémoire, Kobané se reconstruit

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

En Guadeloupe, les papilles des Antilles

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Coalition populiste en Italie : une nouvelle crise en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Données personnelles : qui a peur du RGPD ?

En savoir plus

#ActuElles

Salvador : en prison pour une fausse couche

En savoir plus

Amériques

Le suspect de Toronto, un militant de la cause des "célibataires involontaires"

© Lars Hagberg, AFP | La maison d'Alek Minassian, l'assassin présumé de 10 personnes, dont une majorité de femmes, le 24 avril à Toronto.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/04/2018

Alek Minassian, le chauffeur de la camionnette qui a foncé sur la foule lundi à Toronto, a été inculpé de meurtres avec préméditation. Les enquêteurs se penchent sur les messages énigmatiques qu'il avait postés récemment sur les réseaux sociaux.

Le chauffeur de la camionnette qui a tué 10 piétons et en a blessé 14 autres au hasard de sa course folle, lundi à Toronto, a été inculpé de meurtres avec préméditation mardi 24 avril, et les premiers éléments de l'enquête tendent à démontrer qu'il nourrissait une rancœur envers les femmes.

"Il est juste de dire" que les victimes sont "majoritairement des femmes", a reconnu en conférence de presse l'enquêteur Graham Gibson. L'âge des victimes va "de la mi-vingtaine à environ 80 ans".

Et d'ajouter que l'assassin présumé, Alek Minassian, 25 ans, "a posté sur Facebook un message énigmatique" pouvant laisser penser à une rancœur envers le sexe féminin, quelques minutes avant qu'il ne fonce dans la foule.

Le réseau social américain a reconnu avoir "immédiatement effacé le compte Facebook du suspect" et "travailler étroitement avec les autorités" sur ce dossier.

Un "incel" vouant un culte au masculinisme ?

Plusieurs médias canadiens ont publié une capture d'écran du message affirmant notamment que "la rébellion des 'incel' a déjà commencé" et vouant un culte au masculinisme.

Le terme "incel" est une abréviation anglophone pour "involontairement célibataire" et renvoie à des personnes animées d'un certain mépris des femmes, accusées d'être responsables de leur insatisfaction sexuelle.

La police de Toronto a toutefois mis en garde: "Nous n'avons aucune preuve" démontrant formellement que le conducteur ne visait que les femmes, a déclaré l'enquêteur Gibson.

Dix chefs d'inculpation pour meurtre avec préméditation

Arrêté rapidement lundi, Alek Minassian a comparu mardi quelques minutes dans un petit tribunal du quartier North York de Toronto, où le procureur Joe Callaghan lui a signifié les 10 chefs d'inculpation pour meurtre avec préméditation.

Debout dans le box des accusés, les mains mains menottées, la tête rasée et vêtu d'une tenue blanche, Alek Minassian a également été accusé de 13 tentatives de meurtre sur autant de blessés graves. Il devrait être prochainement poursuivi pour un 14e chef d'accusation, a précisé la police, rectifiant le bilan des blessés à 14 et non 15.

L'assaillant était jusqu'ici inconnu des services de police, a souligné le chef de police de Toronto, Mark Saunders. Il n'était pas non plus fiché par les services de renseignement, ce qui permet à priori, selon le ministre de la Sécurité publique Ralph Goodale, d'écarter la piste d'un acte de terrorisme.

Avec AFP

Première publication : 25/04/2018

  • CANADA

    Attaque à la camionnette à Toronto : "Pas de lien avec la sécurité nationale", selon Trudeau

    En savoir plus

  • CANADA

    Canada : une camionnette fauche plusieurs piétons à Toronto, le chauffeur arrêté

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)