Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

Mark Zuckerberg: "opération contrition"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Opération antiterroriste au Burkina Faso : 3 "présumés jihadistes" abattus

En savoir plus

LE DÉBAT

Plan banlieue en France : Macron annonce une "nouvelle méthode"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mai 68 revisité à travers ses affiches

En savoir plus

FOCUS

France : les nouveaux partis politiques sur les bancs de l'école

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Entre les États-Unis et l'Iran, "le fossé"

En savoir plus

L’invité du jour

Roland Lehoucq : "On peut pratiquer les sciences en analysant Star Wars"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

France : nouvelle journée de grève des fonctionnaires

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Italie, année zéro ?"

En savoir plus

Amériques

États-Unis : l'ex-directeur de la CIA Mike Pompeo confirmé au poste de secrétaire d'État

© Saul Loeb, AFP | Le nouveau secrétaire d'État américain, Mike Pompeo, le 20 mars 2018 auprès de Donald Trump.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/04/2018

Après John Bolton au poste de conseiller à la sécurité nationale, Donald Trump a achevé de s'entourer de faucons, jeudi, en obtenant du Sénat la nomination de Mike Pompeo, l'ancien directeur de la CIA, comme secrétaire d'État.

L’administration américaine poursuit sa mue : Mike Pompeo, l’ancien chef de la CIA, a été confirmé par le Sénat américain au poste de secrétaire d'État, l’équivalent du ministre français des Affaires étrangères, jeudi 26 avril. Il remplace Rex Tillerson et reprend à point nommé deux dossiers brûlants : l'avenir de l'accord iranien et la Corée du Nord, dont il a rencontré le dirigeant récemment.

Sa nomination n’a pas été simple : cet ex-militaire de 54 ans a été confirmé par 57 voix contre 42 en séance plénière, après un épineux processus parlementaire. Majoritairement opposés à sa confirmation, les démocrates lui reprochent en effet une attitude va-t-en-guerre et des propos islamophobes et homophobes. Sept démocrates ont toutefois voté en sa faveur.

Considéré comme un "faucon", l’ex-patron de l'agence de renseignement la plus puissante au monde et nouveau chef de la diplomatie américaine va commencer son mandat, dès les prochaines heures, par une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'Otan à Bruxelles. Il y relaiera le message de Donald Trump, qui a toujours exhorté les autres membres de l'Alliance transatlantique à augmenter leurs dépenses militaires afin de réduire la participation de son plus gros contributeur, les États-Unis.

Un raidissement américain

Son arrivée à la tête de la diplomatie américaine coïncide avec la nomination récente de John Bolton comme conseiller à la Sécurité nationale, signe apparent d'un durcissement de l'administration américaine. "Nous avons besoin de lui comme secrétaire d'État pour soutenir le président alors que nous sommes aux prises avec les questions de politique étrangère les plus difficiles de notre époque", avait estimé John Bolton le 12 avril.

Mike Pompeo a déjà mis la main sur l’un des délicats dossiers qui l'attendent : il a rencontré pendant le week-end de Pâques le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un, en tant que directeur de la CIA. Une façon de préparer le terrain pour le prochain sommet inédit annoncé entre Donald Trump et le leader nord-coréen d'ici début juin.

Lors de son audition de près de cinq heures par le Congrès, le 12 avril, Mike Pompeo a tenté de se défaire de son étiquette de "faucon" : "La guerre est toujours et doit toujours être en dernier ressort."

Avec AFP

Première publication : 26/04/2018

  • IRAN

    Pourquoi Téhéran refusera de renégocier l’accord sur le nucléaire iranien

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Trump et Macron annoncent des "positions communes" sur la Syrie et l'Iran

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    Kim Jong-un va fouler le sol sud-coréen, une première pour un président nord-coréen depuis 65 ans

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)