Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Emmanuel Ramazani Shadary, le dauphin qui ne fait pas l'unanimité

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Sénat argentin rejette la légalisation de l'avortement

En savoir plus

Afrique

Libye : le maréchal Haftar fait taire les rumeurs et revient "en bonne santé" à Benghazi

© CAPTURE D'ECRAN | Le maréchal Khalifa Haftar n'était pas apparu en public depuis un certain temps et certains médias avaient même annoncé sa mort.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/04/2018

Le maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l'est libyen, a été accueilli en grandes pompes jeudi à Benghazi après des soins médicaux en France. Depuis plusieurs semaines, de nombreuses rumeurs circulaient sur la dégradation de son état de santé.

"Je veux vous rassurer sur le fait que je suis en bonne santé". L'homme fort de l'est de la Libye, le maréchal Khalifa Haftar, est rentré jeudi à Benghazi après une hospitalisation d'au moins deux semaines à Paris. Ses partisans avaient déroulé un tapis rouge pour recevoir l'ancien général de l'armée de Mouammar Kadhafi âgé de 75 ans.

Khalifa Haftar n'était plus apparu en public depuis un certain temps et aucune photo récente de lui n'avait été publiée, nourrissant des rumeurs sur son état de santé qui avaient inondé les réseaux sociaux en Libye. Des médias libyens et étrangers avaient même annoncé sa mort, malgré les démentis répétés de son porte-parole et de ses proches, ainsi que celui de l'émissaire de l'ONU pour la Libye, Ghassan Salamé.

En descendant de l'avion, Khalifa Haftar est allé saluer ses généraux. Il a salué en premier le général Abdelrazek al-Nadhouri, qui a échappé à une tentative d'assassinat le 18 avril à Benghazi.

"Il faut anéantir les groupes extrémistes"

Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye fait face à une crise politique sans précédent doublée d'une insécurité chronique. Deux autorités s'y disputent le pouvoir : d'un côté le gouvernement d'union nationale (GNA) reconnu par la communauté internationale et basé à Tripoli et, de l'autre, une autorité exerçant son pouvoir dans l'est du pays avec le soutien du maréchal Haftar. Chef de l'autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL), Khalifa Haftar est accusé par ses rivaux, notamment à Tripoli, de vouloir instaurer une nouvelle dictature militaire en Libye.

Il est par ailleurs devenu la bête noire des islamistes en Libye. En 2017, après trois ans de combats meurtriers, l'ANL est notamment venue à bout de groupes jihadistes qui s'étaient emparés de Benghazi. "Nous avons promis de concrétiser les attentes du peuple (libyen). Cette question ne se limite pas à Tripoli ou Benghazi, il faut que la Libye soit libérée de ces groupes qui perturbent la vie des Libyens", a déclaré Khalifa Haftar, en référence aux groupes extrémistes. "Il faut les anéantir !", a-t-il martelé.

Avec AFP

Première publication : 27/04/2018

  • LIBYE

    En Libye, le spectre de la disparition du maréchal Haftar suscite les convoitises

    En savoir plus

  • LIBYE

    Khalifa Haftar, homme fort de l'est de la Libye, hospitalisé en France

    En savoir plus

  • LIBYE

    Pour Khalifa Haftar, homme fort de l'est libyen, l'accord pour un gouvernement d'union nationale a expiré

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)