Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Timochenko : "Je ne regrette pas ce que j'ai fait" en Colombie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Madagascar : la justice exige la nomination d'un gouvernement d'union nationale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Irlande: référendum historique sur l'avortement

En savoir plus

TECH 24

VivaTech 2018 : Paris veut s'imposer sur la mappemonde du numérique

En savoir plus

BILLET RETOUR

La bataille et ses héros en mémoire, Kobané se reconstruit

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

En Guadeloupe, les papilles des Antilles

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Coalition populiste en Italie : une nouvelle crise en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Données personnelles : qui a peur du RGPD ?

En savoir plus

#ActuElles

Salvador : en prison pour une fausse couche

En savoir plus

Moyen-Orient

Des soldats français ont été envoyés en renfort en Syrie, révèle Jim Mattis

© AFP | Le ministre américain de la Défense Jim Mattis lors d'une conférence à l'Otan, en février 2018.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 27/04/2018

Des soldats des forces spéciales françaises ont été envoyés en renfort en Syrie ces deux dernières semaines, a révélé le ministre américain de la Défense Jim Mattis lors d'une audition au Sénat jeudi.

"Les Français nous ont renforcés en Syrie avec des forces spéciales au cours des deux dernières semaines." Le ministre américain de la Défense Jim Mattis a révélé, jeudi 26 avril devant le Congrès, que des soldats des forces spéciales françaises avaient été envoyés en renfort en Syrie ces deux dernières semaines.

Le chef du Pentagone confirmait ainsi des informations de presse que le gouvernement français, généralement très discret sur l'utilisation de ses forces spéciales, n'a jamais accréditées.

Évoquant ce sujet lors de sa conférence de presse commune avec son homologue américain Donald Trump mardi, le président français Emmanuel Macron avait simplement indiqué : "Nous avons décidé d'augmenter notre contribution à la coalition et nous sommes totalement impliqués dans la lutte contre Daech", autre appellation du groupe jihadiste État islamique (EI).

"La France restera engagée aussi longtemps que nécessaire"

Jim Mattis était questionné sur le désir exprimé à plusieurs reprises par Donald Trump de retirer les forces américaines de Syrie "très bientôt". "À l'heure actuelle, nous ne nous retirons pas", a-t-il répondu. "Vous allez assister à un nouvel effort dans la vallée de l'Euphrate dans les jours qui viennent contre ce qui reste du califat" du groupe extrémiste. Le combat contre l'EI "est en cours", a-t-il poursuivi, notant que les opérations de la coalition antijihadiste seraient également plus nombreuses du côté irakien de la frontière.

La France participe à la lutte contre l'EI en Irak et Syrie au sein de la coalition internationale sous commandement américain, avec des avions de chasse, de l'artillerie et quelques forces spéciales qui conseillent les combattants kurdes. Aucun chiffre n'a été communiqué sur ces forces spéciales, dont la présence elle-même sur le terrain n'est que rarement reconnue par les autorités françaises.

Sur ce théâtre, "la France restera engagée aussi longtemps que nécessaire auprès de la coalition internationale, des autorités irakiennes et des Forces démocratiques syriennes (FDS, alliance arabo-kurde)", a déclaré Emmanuel Macron jeudi en clôture d'une conférence internationale contre le financement du terrorisme. "Cette bataille militaire contre Daech se poursuivra jusqu'à son terme et sous toutes les formes nécessaires pour empêcher de reconstituer quelque marge de maneuvre que ce soit", a-t-il martelé.

Avec AFP

Première publication : 27/04/2018

  • SYRIE

    Syrie : Yarmouk, un camp de réfugiés palestiniens devenu le dernier refuge de l'EI à Damas

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Trump et Macron annoncent des "positions communes" sur la Syrie et l'Iran

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Affaire Lafarge en Syrie : que savaient l'État et les actionnaires ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)