Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

BILLET RETOUR

Retour dans les pays qui ont marqué l’actualité, les villes traumatisées par la guerre, une catastrophe naturelle ou un désastre industriel. Le dimanche à 21h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

Dernière modification : 28/04/2018

Vidéo : San Francisco, une ville en sursis en attendant le "Big One"

© Capture d'écran France 24

Tous les Californiens le savent : un jour ou l'autre, il arrivera. Le "Big One", ce séisme majeur et catastrophique. Selon les experts, il devrait se produire dans les trois prochaines décennies. Déjà, il y a près de trente ans, un séisme de magnitude 6,9 a secoué la baie de San Francisco pendant 15 secondes, faisant 67 morts et des milliers de blessés. Nos correspondants en Californie sont allés à la rencontre de ceux qui ont vécu ce terrible séisme et qui se préparent à l’imminent "Big One".

Être frappé par le "Big One" : c'est la crainte de tous les habitants de la Californie. Car ils savent qu'un jour ou l'autre, ce séisme monstre arrivera. Selon les experts, la probabilité pour qu'il se produise dans les trois prochaines décennies est de 90 %.

Il y a presque 30 ans déjà, les Californiens ont bien cru que l'heure était arrivée. Le 19 octobre 1989, à 17h04 heure locale, un séisme de magnitude 6,9 frappe San Francisco, la deuxième ville la plus densément peuplée du pays. En quinze secondes, il fait 67 victimes, plus de 3 000 blessés et 20 milliards de dollars de dommages. Une des catastrophes naturelles les plus coûteuses de l'histoire des États-Unis.

À l'époque, l'épicentre du séisme se trouvait à quelques kilomètres seulement de l'actuelle Silicon Valley, là où sont aujourd'hui installés les géants du web et de la technologie. Il n’est pas difficile d’imaginer l'impact humain et économique qu'aurait désormais une telle catastrophe...

>> Voyage au cœur de la Silicon Valley

Alors pour éviter le pire, tout le monde se mobilise. À San Francisco, les pompiers ont renforcé les immeubles de la ville, rénové des citernes d'eau et multiplient les entraînements pour se préparer au pire... Mais la municipalité ne dispose que de 300 pompiers pour plus de deux millions de personnes - habitants et travailleurs - présents chaque jour sur la péninsule. Un programme pour former des civils aux premiers secours a donc été mis en place. La ville dispose désormais d'une armée de 28 000 bénévoles capables de les aider en cas d'urgence. En trois jours, les civils apprennent à éteindre un incendie, fermer les conduites de gaz, trier les victimes et donner les premiers soins. La motivation des citoyens surprend, elle est admirable et touchante.

Course contre la montre

Les scientifiques aussi s'activent. L'Institut américain d'études géologique (USGS) travaille actuellement sur un système d'alerte de la population à la pointe de la technologie. Plus de 350 capteurs ont été installés dans toute la région pour enregistrer les secousses. L'information digitale circulant à la vitesse de la lumière, soit plus rapidement que la secousse qui se produit à la vitesse du son, les habitants pourront être prévenus via SMS près de dix secondes avant un séisme. Le temps de se mettre à l'abri et de sauver des vies.

Mais le système "Shake Alert" n'est pas encore opérationnel. L'obstacle est d'abord technologique : les opérateurs de téléphonie mobile ne sont pas encore en mesure d'envoyer un SMS instantanément à tous les habitants. En témoignent les alertes enlèvements ("Amber Alert"), envoyées avec un délai d'une vingtaine de minutes...

L'autre obstacle est financier. Dans sa proposition de budget 2018, le président américain Donald Trump avait souhaité suspendre toute subvention fédérale au programme. Une manière de faire payer à la Californie sa résistance à l'administration Trump... Mais depuis que nous avons tourné ce reportage, le Congrès américain a voté le budget 2018, dans lequel il alloue plus de 23 millions de dollars à son développement, soit le double de l'année précédente.

Pour les scientifiques, il s'agit désormais d'une course contre la montre : mettre en place le programme "Shake Alert" avant que le "Big One" ne frappe.

Par Valérie DEFERT , Romaine JANY , Vincent ROUX

COMMENTAIRE(S)

Les archives

22/06/2018 Asie - pacifique

Shenzhen, ancien port de pêche symbole du miracle économique chinois

Alors que le Premier ministre français Édouard Philippe se rend vendredi 22 juin à Shenzhen pour la première étape de sa visite de quatre jours en Chine, nos reporters se sont...

En savoir plus

08/06/2018 FRANCE

Que reste-t-il de la France "Black-Blanc-Beur" de 1998 ?

La plupart des Français savent où ils étaient ce soir-là. Le 12 juillet 1998, l'équipe de France est sacrée championne du monde de foot, après avoir battu le Brésil 3-0. Peu...

En savoir plus

25/05/2018 Roméo LANGLOIS

La bataille et ses héros en mémoire, Kobané se reconstruit

Dans le nord de la Syrie, Kobané a subi en 2014 une bataille longue et meurtrière, impliquant les jihadistes de l'EI, les forces kurdes et la coalition internationale. Plus de...

En savoir plus

11/05/2018 Thaïs BROUCK

En Somalie, que reste-t-il des pirates des temps modernes ?

Il y a encore dix ans, les pirates somaliens attaquaient fréquemment les bateaux au large de la Somalie, face à la côte du Puntland. À l'origine de cette vague de violence : la...

En savoir plus