Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sénégal : les étudiants en colère

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Trump-Kim : rupture prononcée, paix envolée ?

En savoir plus

POLITIQUE

"Un personnage de roman" : Philippe Besson a suivi Emmanuel Macron pendant la campagne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Zabou Breitman, maîtresse de cérémonie de la 30e Nuit des Molières

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ministre rwandaise des Affaires étrangères : "Paris et Kigali ont pris un nouveau départ"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le football américain s'agenouille devant Trump"

En savoir plus

L’invité du jour

Barthélémy Toguo : "Il n’y a pas assez de musées en Afrique"

En savoir plus

FOCUS

Vietnam : à l'école des futures stars du football

En savoir plus

L'INFO ÉCO

VivaTech : Paris, capitale des start-ups pendant 3 jours

En savoir plus

FRANCE

Décès de Naomi Musenga : l'opératrice du Samu "suspendue à titre conservatoire"

© Alain Julien, AFP | L'hôpital a, depuis la publication de la conversation entre Naomi Musenga et l'opératrice, "reçu beaucoup d'appels téléphoniques de menaces".

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 09/05/2018

Le parquet de Strasbourg a annoncé mercredi l'ouverture d'une enquête préliminaire dans le cadre du décès de Naomi Musenga, raillée au téléphone par une opératrice du Samu. Cette dernière a été "suspendue à titre conservatoire".

L'opératrice du Samu, qui avait raillé en décembre au téléphone une jeune femme décédée quelques heures plus tard à l'hôpital de Strasbourg, a été suspendue mercredi 9 mai "à titre conservatoire", a annoncé la direction des Hôpitaux universitaires de Strasbourg (HUS).

"Dans le cadre du développement de l'enquête, il y a des éléments suffisamment concluants pour la suspendre, c'est la décision qui a été prise par le directeur général" des HUS, Christophe Gautier, mercredi en début d'après-midi, a précisé à l'AFP la directrice de la communication de l'hôpital. "Cela ne préjuge pas des conclusions de l'enquête" administrative ouverte le 2 mai sur les conditions de prise en charge de Naomi Musenga, morte le 29 décembre à 22 ans, a-t-elle cependant relevé.

>> Décès de Naomi Musenga, 22 ans : le scandale qui secoue le Samu

Le parquet de Strasbourg a également annoncé dans la foulée l'ouverture d'une enquête préliminaire.  "J'ai ouvert une enquête préliminaire du chef de non-assistance à personne en péril et en ai confié l'exécution aux services de la Direction régionale de la police judiciaire (DRPJ) Grand Est", a indiqué le procureur de la République, Yolande Renzi, dans un communiqué.

L'opératrice auditionnée

Souffrant de fortes douleurs au ventre, la jeune femme, seule à son domicile, avait composé un numéro d'urgence. Transférée vers le centre d'appels des pompiers, puis vers celui du Samu, elle avait obtenu pour seul conseil de l'opératrice du Samu, qui lui avait répondu avec moquerie, d'appeler SOS Médecins. Après plusieurs heures et d'autres appels, une intervention du Samu avait été déclenchée, mais Naomi Musenga est décédée peu après à l'hôpital.

Lors de la conversation téléphonique avec le Samu, dont l'enregistrement a été révélé par l'hebdomadaire alsacien Heb'di, l'opératrice déclare à la jeune femme : "Vous allez mourir, certainement un jour, comme tout le monde".

L'opératrice concernée avait dans un premier temps été affectée à un autre poste, n'entrant pas en relation avec les patients, avait indiqué mercredi matin Christophe Gautier. Mais désormais "elle a été auditionnée, cela justifie à ce stade de la suspendre", selon la direction de l'hôpital.

L'hôpital a, depuis la publication de la conversation entre Naomi Musenga et l'opératrice, "reçu beaucoup d'appels téléphoniques de menaces", amenant les syndicats à demander "des mesures de protection vis-à-vis du personnel", a indiqué Christian Prudhomme, du syndicat FO.

Avec AFP

Première publication : 09/05/2018

  • FRANCE

    La France face à l'invasion en marche du moustique-tigre, porteur de maladies tropicales

    En savoir plus

  • ENVIRONNEMENT

    Pollution de l'air : les morts précoces plus nombreuses dans les pays en développement

    En savoir plus

  • SANTÉ

    Hypersensibilité aux ondes : symptômes réels, causes toujours inconnues

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)