Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Emmanuel Ramazani Shadary, le dauphin qui ne fait pas l'unanimité

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Sénat argentin rejette la légalisation de l'avortement

En savoir plus

LE DÉBAT

Proche-Orient : un nouvel affrontement est-il imminent entre Israël et le Hamas ?

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cannabis : le casse-tête de la légalisation

En savoir plus

LE DÉBAT

Présidentielle en République démocratique du Congo : Kabila se retire

En savoir plus

Afrique

En RD Congo, la danse "réveille l’âme" des réfugiés dans le camp d’Inke

© AAD | Atelier de danse organisé dans le camp de réfugiés d'Inke, en République démocratique du Congo.

Texte par Sarah LEDUC

Dernière modification : 09/05/2018

Dans le camp d’Inke, qui accueille dans le nord de la République démocratique du Congo près de 15 000 Centrafricains déplacés, un chorégraphe congolais fait danser les réfugiés. Une démarche artistique autant que thérapeutique.

"La danse, c’est le réveil de l’âme." Fabrice Don de Dieu Bwabulamutima est persuadé du pouvoir de son art. Le chorégraphe congolais, originaire du Kivu, enseigne la danse dans des camps de réfugiés en République démocratique du Congo (RDC), à ceux qui ont connu la guerre, la violence, la migration forcée.

Fabrice est l’un des chorégraphes engagés de "Refugees on the move" (Réfugiés en mouvement), un programme lancé par le fonds privé français African Artists for Development (AAD), en partenariat avec le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), qui utilise la danse comme outil de médiation socioculturelle et de reconstruction psychologique. L’objectif est triple : réduire la violence au sein des camps de réfugiés, contribuer à restaurer l’estime de soi et accroître le dialogue entre les populations déplacées et locales.

"Rapprocher des gens que rien ne liait"

C’est dans ce but que Fabrice a posé ses valises, avec sa compagnie "Kongo Drama", dans le camp d’Inke, en décembre 2017. Situé dans la province de Nord-Ubangi, au nord de la RDC, le camp accueille environ 15 000 réfugiés originaires de République centrafricaine, pays frontalier en proie, depuis 2013, à des affrontements violents entre groupes armés.

Ces conflits s’invitent parfois dans le camp mais ils sont rapidement évacués par la danse. "On travaille sur des valeurs que peut véhiculer la danse : le rapprochement, la persévérance, la beauté", explique par téléphone à France 24 Fabrice Don de Dieu Bwabulamutima. "Dans le camp, les chrétiens et les musulmans ne se parlaient pas. Mais, à travers des exercices, ils développent des idées ensemble. Ces ateliers permettent de rapprocher des gens que rien ne liait, voire qui étaient ennemis à l’extérieur", développe-t-il.

Et tandis que les conflits s’apaisent, les danseurs reprennent confiance en eux. "Petit à petit, on voit des sourires, des ports de tête se redresser, des regards se croiser… La danse offre un ‘mieux-être’. Leur âme revient dans leur corps et cela réveille un sentiment d’espoir. IIs peuvent à nouveau croire à un avenir", poursuit Fabrice Don de Dieu Bwabulamutima.

Atelier de danse dirigé par le chorégraphe Fabrice Don de Dieu Bwabulamutima dans le camp d'Inke, en RD Congo. © AAD

"Chorégraphe humanitaire"

Né en 1977 à Kamituga, dans le Sud-Kivu, région de la RDC au cœur de conflits armés depuis plus de vingt ans, Fabrice sait combien la danse peut-être salutaire. Il a toujours accompagné sa pratique artistique d’un engagement de terrain. Directeur artistique de l’Atelier theatr’Actions de 2001 à 2007, il a monté plusieurs spectacles de théâtre d’éducation sur le paludisme, le sida, l’hygiène dans le Kivu.

En 2015, Fabrice est sollicité par AAD. L’ONG avait lancé son programme "Refugees on the move" en 2011 au Tchad, pays qui comptait à l’époque plus de 300 000 réfugiés. Face à son succès, l’initiative a été reproduite en Centrafrique, au Burundi, au Burkina Faso et en RD Congo, à chaque fois portée par des artistes locaux. Formé par le chorégraphe burkinabè Salia Sanou, Fabrice s’est d’abord investi dans le camp de Mole, à la frontière de la RDC et de la Centrafrique, avant de poursuivre son travail à Inke.

"Nous sommes des chorégraphes humanitaires", explique Fabrice Don de Dieu Bwabulamutima. "Nous sommes des artistes mais nous avons la capacité de travailler avec un public en difficulté et à l’aider à se sentir mieux en trouvant une forme d’expression artistique".

>> À lire sur Les Observateurs : Au Kivu, danser pour aider les femmes victimes de violences sexuelles

Des petits miracles artistiques

À Inke, les ateliers de Fabrice ont rapidement trouvé leurs adeptes : plus de 1 000 personnes se sont inscrites au départ et près de 500 se sont engagées pleinement. Après cinq mois de travail intensif, à raison de 5 heures de cours par jour, cinq jours par semaine, les participants réguliers – réfugiés et locaux – présentent le 10 mai, dans le camp, le spectacle "Étoile d’espoir", un mélange de danse africaine traditionnelle, contemporaine, de hip-hop et de musique.

"Les personnes qui suivent les ateliers sont là parce qu’elles le souhaitent. Elles sont engagées et ont suivi un rythme d’entraînement quasi professionnel. Quand les personnes se dépassent, on arrive à des miracles artistiquement parlant", se réjouit le chorégraphe.

"Ce projet est visionnaire et le résultat est spectaculaire par sa qualité. Il met en évidence toute l’énergie, la générosité du chorégraphe, de sa troupe et des danseurs", s’enthousiasme la chorégraphe et danseuse brésilienne, Marcia Barcellos, en visite dans le camp d’Inke. Fondatrice de la compagnie "Système Castafiore", Marcia Barcellos chorégraphiera un ballet avec Fabrice Don de Dieu Bwabulamutima pour les 70 ans de la déclaration des droits de l’Homme, en décembre 2018, au Palais de Chaillot, à Paris.

Première publication : 09/05/2018

  • RD CONGO

    En RD Congo, cinq provinces frappées par une crise humanitaire dramatique

    En savoir plus

  • MUSIQUE

    Réfugié en Allemagne, le "pianiste de Yarmouk" joue pour rapprocher deux mondes

    En savoir plus

  • FESTIVAL D'AVIGNON 2013

    Faustin Linyekula danse pour évacuer le passé du Congo-Kinshasa

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)