Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Sommet "Tech For Good" : la "French Tech" a-t-elle le vent en poupe ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Solo, a Star Wars story" : à l’origine du mythe

En savoir plus

FACE À FACE

Macron et les banlieues : une vision libérale ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Un archevêque australien condamné pour avoir couvert un pédophile"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Les marchés financiers inquiets pour l'Italie

En savoir plus

L’invité du jour

Marc Hecker : "Il faut faire plus sur la prévention de la radicalisation"

En savoir plus

FOCUS

Le divorce bientôt légal aux Philippines ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Mark Zuckerberg: "Opération contrition"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Opération antiterroriste au Burkina Faso : trois "présumés jihadistes" abattus

En savoir plus

Amériques

Les États-Unis dévoilent de nouvelles sanctions liées à l'Iran

© Saul Loeb, AFP | Donald Trump à la Maison Blanche après l'annonce de sa décision de sortir de l'accord du nucléaire iranien, le 8 mai 2018.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/05/2018

Après son retentissant retrait de l'accord sur le nucléaire iranien, Washington a annoncé, jeudi, avoir pris des sanctions contre un réseau de financement des Gardiens de la révolution. Six Iraniens et trois entreprises sont visés.

Les États-Unis ont dévoilé, jeudi 10 mai, des sanctions contre six individus et trois entreprises impliqués, selon eux, dans des opérations financières au profit de la force Al Qods, corps d'élite des Gardiens de la révolution iranienne, effectuées à travers des transferts de devises entre les Émirats arabes unis et la République islamique.

Ces sanctions, prises en coordination avec les autorités émiraties, sont les premières depuis que le président américain Donald Trump a annoncé, mardi, la sortie de son pays de l'accord nucléaire iranien.

>> À lire : "Trump a opté pour l’alliance avec les pétro-monarchies au détriment de l’Iran"

Elles visent six individus iraniens et trois entités, accusés de faire partie d'"un large réseau d'échange de devises [ayant] fourni et transféré des millions de dollars à la Force Qods des Gardiens de la révolution", a précisé dans un communiqué le département du Trésor.

L'argent servait à financer les "activités malignes" de la force Qods, une unité d'élite chargée des opérations extérieures, et les "groupes régionaux [utilisés] par procuration".

Couper les circuits de revenus

"La Banque centrale iranienne est complice du plan [des Gardiens de la révolution] et a activement soutenu ce réseau de conversion de devises et lui a permis d'accéder à des fonds détenus dans des banques étrangères", a ajouté le département américain.

>> À voir : Les Iraniens inquiets du retour des sanctions américaines

"Nous voulons couper les circuits de revenus des Gardiens de la révolution peu importe leur source et leur destination", a affirmé dans le communiqué le Secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, qui a remercié les Émirats "pour leur étroite collaboration".

Les Émirats arabes unis, alliés régionaux de Washington, ont salué la décision de Donald Trump de se retirer de l'accord nucléaire signé en 2015 avec Téhéran, même si Dubaï, membre de la fédération, entretient de solides liens commerciaux et financiers avec Téhéran.

Avec AFP

Première publication : 10/05/2018

  • IRAN

    L'Iran ne confirme pas les frappes sur le Golan

    En savoir plus

  • IRAN

    "Trump a opté pour l’alliance avec les pétro-monarchies au détriment de l’Iran"

    En savoir plus

  • SYRIE

    En riposte à des frappes dans le Golan, Israël bombarde des positions militaires iraniennes en Syrie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)