Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : l'eau coule à nouveau des robinets à Bouaké

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Élections anticipées en Turquie : Erdogan est-il toujours l'homme fort du pays ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Devenir Français, mode d'emploi

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

À la découverte du sanctuaire Pélagos en Méditerranée

En savoir plus

TECH 24

Handigamer : le jeu vidéo pour tous

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidence Macron : l'avalanche de réformes

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Métamorphoses du monde : le multilatéralisme menacé

En savoir plus

FOCUS

Footballers binationaux : le choix du drapeau

En savoir plus

#ActuElles

Roxanne Varza : "C’est le moment pour les femmes de s’investir dans le numérique"

En savoir plus

Asie - pacifique

La Corée du Nord invite la presse au démantèlement prochain de son site d'essai atomique

© Archives AFP | Le démantèlement du site d'essais nucléaires nord-coréen devrait commencer entre le 23 et le 25 mai.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/05/2018

L'agence officielle de presse nord-coréenne KCNA a annoncé samedi que Pyongyang commencera le démantèlement de son site d'essais nucléaires de Punggye-ri entre les 23 et 25 mai prochains. La presse sera conviée.

La Corée du Nord "prend des mesures techniques" pour préparer le démantèlement de son site d'essais atomiques de Punggye-ri, a annoncé samedi 12 mai l'agence d'État KCNA. Elle invitera des journalistes étrangers à une cérémonie de lancement du processus qui aura lieu entre les 23 et 25 mai.

Le président américain Donald Trump a remercié dans la foulée Pyongyang pour son "geste très intelligent et aimable !".

"Une cérémonie de démantèlement du site d'essais atomiques est maintenant prévue entre les 23 et 25 mai, en fonction des conditions météorologiques", a indiqué l'agence KCNA, qui cite un communiqué du ministère nord-coréen des Affaires étrangères.

À l'occasion d'un sommet intercoréen historique le 27 avril, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un avait proposé à Séoul de fermer en mai son seul site connu d'essais nucléaires, Punggye-ri, une installation secrète près de la frontière avec la Chine. Ce site souterrain a été le théâtre des six essais nucléaires menés par Pyongyang, dont le dernier en date remonte à septembre.

Une concession de façade ?

Le site, entouré de sommets escarpés, est creusé profondément sous une montagne granitique de 2 000 m d'altitude dans le Hamqyong du Nord, province du nord-est frontalière de la Chine. Il est réputé l'endroit idéal pour résister aux forces déchaînées par des explosions nucléaires.

Son existence a été mise au jour en octobre 2006 avec le premier test nucléaire nord-coréen, au temps de Kim Jong-il, le père aujourd'hui décédé de Kim Jong-un. Depuis, il est scruté par des images satellitaires.

Certains experts ont estimé qu'il s'agissait d'une concession de façade, car le site pourrait être déjà inutilisable en raison du "syndrome de la montagne fatiguée". Selon des sismologues chinois cités en avril sur le site de l'Université de sciences et technologie de Chine, le dernier essai a provoqué un effondrement de roches à l'intérieur de la montagne.

Avec AFP

Première publication : 12/05/2018

  • ÉTATS-UNIS

    Le sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un aura lieu le 12 juin à Singapour

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Les trois américains libérés par la Corée du Nord sont rentrés aux États-Unis

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Donald Trump annonce la libération de trois Américains détenus en Corée du Nord

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)