Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

EUROPE

Espagne : l'indépendantiste Quim Torra élu président de la Catalogne

© Lluis Gene, AFP | Quim Torra, le nouveau président de Catalogne, le 14 mai.

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 14/05/2018

Sans surprise, le parlement de Catalogne a élu lundi Quim Torra, indépendantiste convaincu, au poste de président de la Généralité. Ce novice en politique est présenté comme une marionnette de Carles Puigdemont.

La présidence de la Catalogne a enfin un visage : Quim Torra (Joaquim Torra i Pla de son vrai nom). Quatre mois après les élections régionales, le Parlement a voté, lundi 14 mai, en faveur de ce député de Barcelone de 55 ans. Le séparatiste convaincu, qui n'a pas obtenu la majorité lors du premier tour samedi, a dû se contenter d'une majorité relative de 66 voix pour, 65 contre puisque le parti d'extrême gauche CUP s'est abstenu.

>> À lire sur France 24 : Quim Torra, le candidat-pantin de Carles Puigdemont

"Nous ferons la République catalane", a assuré le président fraîchement élu, dont la candiature a été proposée jeudi dernier par Carles Puigdemont, président déchu exilé en Allemagne et toujours dans l'attente de son extradition vers l'Espagne. "Nous serons fidèles au mandat du réferendum d'autodétermination du 1er octobre : construire un État indépendant, une République", a également promis cet avocat de formation, réputé pour son éloquence.

"Puigdemont, président légitime"

Celui qui se définit comme un "irrédutible indépendentiste" doit désormais former son gouvernement, ce qui entraînera automatiquement la levée de la tutelle imposée par Madrid depuis octobre dernier. Mais cela ne signifie pas pour autant la fin du bras de fer entre le gouvernement madrilène et les séparatistes. Dès le premier débat d'investiture samedi, ce natif de Blanes – ville côtière de la Costa Brava – a promis de faciliter au plus tôt le retour au pouvoir de Carles Puigdemont, "le président légitime".

Cet ancien éditeur s'est engagé à rétablir des lois catalanes suspendues ou annulées par la justice, de rouvrir les "ambassades" de Catalogne fermées par l'État et de lancer la rédaction de la Constitution de la future république catalane. Il a également évoqué la création de structures de gouvernement parallèles à l'étranger pour préparer la sécession : un "conseil de la République" présidé par Carles Puigdemont, et une assemblée composée d'élus locaux.

>> À voir sur France 24 : En Catalogne, certains redoutent une radicalisation du mouvement indépendantiste

Son élection a suscité de vives réactions dans le camp de l'opposition, à l'image d'Inés Arrimadas (Ciudadanos) qui a dénoncé les "discours xénophobes et identitaires" du candidat. Elle a également critiqué les écrits anti-espagnols du nouveau président, qui a notamment qualifié de "charognards, vipères et hyènes" ceux qui ne défendent pas la culture et la langue catalane.

L’opposition voit dans ce choix la volonté des indépendantistes de refuser toute normalisation politique, voire même de perpétuer l’affrontement avec Madrid. De son côté, Madrid a rappelé qu'il pourrait à tout moment reprendre le contrôle de la région si "la marionnette de Puigdemont", comme le qualifie de nombreux observateurs, violait la Constitution.

Avec AFP

Première publication : 14/05/2018

  • ESPAGNE

    Catalogne : Quim Torra échoue à être élu président au premier tour

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Présidence de la Catalogne : Quim Torra, le candidat-pantin de Carles Puigdemont

    En savoir plus

  • ESPAGNE

    Catalogne : manifestation à Barcelone contre la détention d'indépendantistes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)