Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burundi : "Oui" à 73% pour la réforme voulue par Nkurunziza

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les francs-maçons interdits de gouvernement en Italie

En savoir plus

LE DÉBAT

Italie : l'alliance qui fait trembler l'Europe

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Microfinance : on ne prête qu’aux pauvres

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Yves Duteil : avec "Respect", le poète chanteur signe son grand retour

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le commandant Nicolas Maduro va poursuivre la révolution"

En savoir plus

L’invité du jour

Nadège Beausson-Diagne : "Nous sommes Noires avant d'être nous"

En savoir plus

FOCUS

Nicaragua : face au président Ortega, la colère des étudiants

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Italie : un programme qui entend mettre fin à "l'austérité"

En savoir plus

Tennis: Pouille, une victoire et puis s'en va

© AFP/Archives | Le Français Lucas Pouille contre l'Italien Andreas Seppi au tournoi de Rome, le 15 mai 2018

ROME (AFP) - 

Le N.1 français Lucas Pouille a buté sur le Britannique Kyle Edmund (19e), vainqueur en deux sets (6-2, 7-6 (7/3), dès le deuxième tour du Masters 1000 de Rome mercredi.

La veille, Pouille (16e) avait obtenu sa première victoire sur le circuit depuis début mars, sans complètement convaincre toutefois.

Le Nordiste, qui traverse une passe difficile, n'est pas parvenu à enchaîner, à dix jours de Roland-Garros (27 mai-10 juin). Dès le début du match, entamé tardivement en raison du programme chargé de la journée romaine, il a subi les assauts d'Edmund, récent quart-de-finaliste à Madrid. Un peu plus entreprenant dans le second set, il a poussé le Britannique au jeu décisif, mais n'est pas parvenu à le mettre en danger, de nouveau repoussé loin de sa ligne ou encore maladroit au filet.

Avant Rome, Pouille restait sur quatre éliminations dès son entrée en lice, à Indian Wells (Californie) début mars, à Monte-Carlo puis Budapest (où il était tenant du titre) en avril, et à Madrid la semaine dernière.

© 2018 AFP