Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Timochenko : "Je ne regrette pas ce que j'ai fait" en Colombie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Madagascar : la justice exige la nomination d'un gouvernement d'union nationale

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Irlande: référendum historique sur l'avortement

En savoir plus

TECH 24

VivaTech 2018 : Paris veut s'imposer sur la mappemonde du numérique

En savoir plus

BILLET RETOUR

La bataille et ses héros en mémoire, Kobané se reconstruit

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

En Guadeloupe, les papilles des Antilles

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Coalition populiste en Italie : une nouvelle crise en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Données personnelles : qui a peur du RGPD ?

En savoir plus

#ActuElles

Salvador : en prison pour une fausse couche

En savoir plus

Un an d'enquête Mueller, Trump toujours en colère

© AFP / Par Jerome CARTILLIER | Donald Trump dans le Bureau ovale le 16 mai 2018

WASHINGTON (AFP) - 

Un an après son lancement, l'enquête du procureur spécial Robert Mueller, dont l'issue reste imprévisible, empoisonne toujours la présidence de Donald Trump qui tempête, jour après jour, à coups de tweets, contre les investigations en cours.

"Bravo l'Amérique, nous sommes entrés dans la deuxième année de la pire chasse aux sorcières de l'histoire des Etats-Unis...": c'est sur un ton sarcastique que le président américain qui conteste toute irrégularité, a exprimé sa frustration jeudi, date anniversaire.

Simple hasard ou volonté d'échapper à un barrage de questions ou d'éviter des réponses contre-productives pour sa stratégie de défense ? La conférence de presse commune avec le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg, initialement prévue dans l'après-midi, n'est plus à l'agenda.

Le 17 mai 2017, Robert Mueller, directeur du FBI de 2001 à 2013 sous George W. Bush puis Barack Obama, était nommé pour enquêter, en toute indépendance, sur l'ingérence de la Russie dans l'élection présidentielle et les éventuels liens entre Moscou et l'équipe Trump.

Sa désignation faisait suite au brutal limogeage par le locataire de la Maison Blanche de James Comey, qui était alors chef de la police fédérale et chargé de l'enquête.

Son périmètre d'investigation incluait "tout lien et/ou coordination entre le gouvernement russe et des individus associés à la campagne du président Donald Trump", mais aussi "tout sujet" découlant de l'enquête, ce qui lui donnait, de facto, les coudées franches.

C'est un magistrat équipé de pouvoirs similaires, Kenneth Starr, qui avait failli faire tomber le président Bill Clinton dans l'affaire Whitewater, devenue affaire Monica Lewinsky, dans les années 1990.

Depuis un an, M. Mueller a inculpé des ressortissants et entreprises russes pour leur rôle dans une campagne de désinformation sur les réseaux sociaux en 2016 visant à augmenter les chances de victoire de M. Trump.

La Russie nie catégoriquement toute collusion mais les services de renseignement américains estiment que M. Poutine en personne a décidé de la campagne de cyberpropagande.

Quatre membres de la campagne Trump-2016 ont aussi été poursuivis mais pour des délits qui ne sont pas directement liés à une éventuelle collusion, qui n'est toujours pas avérée d'après les documents rendus publics à ce stade.

La stratégie de l'équipe Trump à l'entame de cette deuxième année d'enquête ? Prendre l'opinion publique à partie pour réclamer qu'un point final y soit mis rapidement.

"Allons! Ils ont eu une année entière", tempête Rudy Giuliani, l'un des avocats du président septuagénaire dans un entretien à Politico. "Nous allons faire monter la pression pour que cela se termine, cela n'a que trop duré".

- "Il est temps de conclure" -

"Dans l'intérêt du pays, je pense qu'il est temps de conclure", affirmait il y a quelques jours le vice-président Mike Pence qui se tient pourtant soigneusement à l'écart de ce dossier depuis le premier jour.

Mais il apparaît peu probable que Robert Mueller, homme austère et méthodique qui s'est jusqu'ici gardé de dévoiler son jeu, modifie son approche ou son calendrier dont personne à Washington n'a la moindre idée.

Une question intrigue: quel voie procédurale va-t-il suivre ? Le débat divise les juristes américains.

Rudy Giuliani affirme avoir la certitude qu'il n'inculpera pas Donald Trump même s'il estime avoir rassemblé suffisament d'éléments à son encontre. Si c'était effectivement le cas, il suivrait ainsi l'analyse du ministère de la Justice selon lequel la Constitution interdit d'engager des poursuites contre un président en exercice.

Cela ne signifie pas pour autant que son enquête aura été menée en vain: il pourrait en effet choisir de rédiger un rapport détaillé résumant les éléments rassemblés qui pourrait servir de base à une une éventuelle procédure de destitution au Congrès.

Pour l'heure, multipliant les tweets contre une enquête "inutile, dégoûtante et illégale", Donald Trump a tenté une nouvelle fois de contre-attaquer en accusant l'administration Obama d'avoir fait espionner sa campagne.

"Ouah, il y a des informations qui sortent comme quoi le FBI de Obama "A ESPIONNE LA CAMPAGNE TRUMP AVEC UN INFORMATEUR EMBARQUE (...) si c'est le cas c'est plus gros que le Watergate".

Par Jerome CARTILLIER

© 2018 AFP