Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Emmanuel Ramazani Shadary, le dauphin qui ne fait pas l'unanimité

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Sénat argentin rejette la légalisation de l'avortement

En savoir plus

LE DÉBAT

Proche-Orient : un nouvel affrontement est-il imminent entre Israël et le Hamas ?

En savoir plus

Iran: l'UE convient que l'accord sur le nucléaire "n'est pas parfait" (Merkel)

© POOL/AFP | La chancelière allemande Angela Merkel accueillie par le Premier ministre bulgare Boïko Borissov avant un dîner des dirigeants de l'Union européenne, à Sofia le 16 mai 2018

SOFIA (AFP) - 

Les pays de l'UE conviennent que l'accord sur le nucléaire iranien "n'est pas parfait" mais qu'il faut le préserver, a déclaré jeudi à Sofia la chancelière allemande Angela Merkel au lendemain d'une discussion sur le sujet entre les 28.

"Chacun dans l'UE partage le point de vue que l'accord n'est pas parfait, mais que nous devrions rester dans cet accord et poursuivre des négociations avec l'Iran sur d'autres sujets, comme les missiles balistiques", a-t-elle dit devant la presse.

Mme Merkel s'exprimait à l'ouverture d'un sommet entre les pays de l'UE et des pays des Balkans, précédé la veille d'un long dîner de travail à Sofia entre les 28, largement consacré aux conséquences des décisions de Donald Trump, défiantes vis-à-vis de l'Europe, sur le nucléaire iranien notamment.

"Nous allons oeuvrer pour maintenir le cadre de l'accord de 2015 quelles que soient les décisions américaines", a déclaré de son côté le président français Emmanuel Macron.

Les Européens vont apporter leur "engagement politique et faire en sorte que nos entreprises puissent rester" en Iran, a dit M. Macron. Ils vont le faire "tout en conduisant toutes les parties a poursuivre les négociations sur accord plus large indispensable", a-t-il ajouté.

"L'accord de 2015 a besoin d'être complété par un accord sur le nucléaire après 2025, un accord sur les activités balistiques et la présence régionale", a-t-il fait valoir.

© 2018 AFP