Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : l'eau coule à nouveau des robinets à Bouaké

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Élections anticipées en Turquie : Erdogan est-il toujours l'homme fort du pays ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Devenir Français, mode d'emploi

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

À la découverte du sanctuaire Pélagos en Méditerranée

En savoir plus

TECH 24

Handigamer : le jeu vidéo pour tous

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidence Macron : l'avalanche de réformes

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Métamorphoses du monde : le multilatéralisme menacé

En savoir plus

FOCUS

Footballers binationaux : le choix du drapeau

En savoir plus

#ActuElles

Roxanne Varza : "C’est le moment pour les femmes de s’investir dans le numérique"

En savoir plus

Economie

Le programme économique du futur gouvernement italien fait peur à l'Europe

© Studio Graphique France Médias Monde | Pour l'Europe de Juncker (à droite), l'accord de gouvernement italien conclu entre le leader du Mouvement 5 étoiles Luigi Di Maio (à gauche) et celui de la Ligue du Nord, Matteo Salvini, est une bombe à retardement économique.

Vidéo par Gauthier RYBINSKI

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 18/05/2018

L'accord de gouvernement italien entre les populistes du Mouvement 5 Étoiles et de la Ligue du Nord, dévoilé le 17 mai, comporte des points, surtout économiques, qui effraient Bruxelles.

Dorénavant, il est question de "risque italien". Un peu comme en 2010, quand l'Europe faisait référence aux "risques" grec, portugais ou irlandais, trois pays qui ont dû être sauvés de la faillite par l'UE et le FMI.

En cause : l'accord de gouvernement entre les populistes du Mouvement 5 Étoiles (M5S) et de la Ligue du Nord qui a été rendu public jeudi 17 mai. Le document a fait chuter, jeudi, la Bourse de Milan où l'action des banques a perdu environ 10 %.

Le spectre de la dette italienne

Le compromis politique, fruit d'une longue et tumultueuse négociation entre les deux partis sortis vainqueurs des législatives de mars 2018, détaille un programme qui a de quoi faire peur à Bruxelles et aux marchés financiers européens. Pourtant, le document dévoilé a été expurgé des mesures les plus controversées, comme un éventuel "Italexit" et l'exigence que l'Europe efface une partie de la dette italienne.

>> À lire sur France 24 : L'Italie à la recherche de la coalition impossible

Le volet économique de cet accord leur apparaît malgré tout comme une bombe à retardement. Le M5S et la Ligue du Nord ont l'intention de baisser des impôts, d'instaurer un revenu de citoyenneté pour les plus démunis et assouplir des conditions de départ à la retraite.

Un programme anti-austérité "qui va être compliqué à mettre en œuvre pour eux", explique à France 24 Jean-Louis Fournel, historien de la pensée politique italienne à l'Université Paris 8. Le document ignore, en effet, la sacro-sainte règle de rigueur budgétaire défendue par Berlin et la Commission européenne. Le programme commun ne fait aucune référence au financement de ces mesures qui risquent de plomber un peu plus le déficit et la dette italiens.

Pour Bruxelles, le pays ne peut se le permettre. Sa dette publique atteint plus de 130 % du PIB, ce qui en fait déjà l'un des États membres à la santé budgétaire la plus fragile. "L’Italie doit maintenir sa politique actuelle en réduisant progressivement le déficit et la dette", a prévenu Valdis Dombrovskis, le vice-président de la Commission européenne, jeudi 17 mai.

Le précédent Syriza

Mais l'UE n'a pas que le bien-être italien en tête. Les finances européennes pourraient ne pas suffire pour venir à la rescousse de Rome si une crise de la dette frappait la troisième économie de la zone euro. Un effondrement transalpin créerait alors une onde de choc économique à même d'enrayer la croissance européenne tout juste retrouvée.

L'accord de gouvernement italien "n'est pas une bonne nouvelle" pour l'Europe

Bruxelles manque cependant de moyens de pression. L'Union européenne pourrait adopter la même stratégie qu'avec la Grèce en 2015. La Banque centrale européenne avait alors décidé de couper les liquidités aux banques grecques, ce qui avait poussé le gouvernement Syriza à abandonner une partie de son programme anti-austérité.

Mais une telle approche est plus difficile à mettre en œuvre en Italie. Le secteur bancaire italien pèse bien davantage que celui de la Grèce et un grand nombre d'institutions financières européennes, impliquées en Italie, se retrouveraient fragilisées par ricochet. Sans compter que, politiquement, la Banque centrale européenne aurait du mal à justifier d'imposer une telle sanction à l'un des cinq pays fondateurs de l'Union européenne.

Première publication : 18/05/2018

  • ITALIE

    Italie : la Ligue et le Mouvement 5 Étoiles publient un programme de gouvernement commun anti-austérité

    En savoir plus

  • ITALIE

    Italie : les négociations entre la Ligue et le Mouvement 5 Étoiles achoppent sur l'immigration

    En savoir plus

  • ITALIE

    L'Italie à la recherche de la coalition impossible

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)