Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : l'eau coule à nouveau des robinets à Bouaké

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Élections anticipées en Turquie : Erdogan est-il toujours l'homme fort du pays ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Devenir Français, mode d'emploi

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

À la découverte du sanctuaire Pélagos en Méditerranée

En savoir plus

TECH 24

Handigamer : le jeu vidéo pour tous

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidence Macron : l'avalanche de réformes

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Métamorphoses du monde : le multilatéralisme menacé

En savoir plus

FOCUS

Footballers binationaux : le choix du drapeau

En savoir plus

#ActuElles

Roxanne Varza : "C’est le moment pour les femmes de s’investir dans le numérique"

En savoir plus

Mariage princier: Mélenchon "goguenard devant la débilité" du régime monarchique

© AFP/Archives | Le chef de file de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon à l'Assemblée nationale à Paris, le 16 mai 2018

PARIS (AFP) - 

Le chef de file de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon s'est dit dimanche "goguenard (...) devant la débilité" du régime monarchique, qui n'est pas sa "cup of tea", au lendemain du mariage du prince britannique Harry et de Meghan Markle.

"On s'en fiche, voyez-vous, ils font ce qu'ils veulent, mais ce n'est pas notre +cup of tea+ la monarchie, en France", a réagi M. Mélenchon, interrogé sur cette union, lors du Grand Jury RTL/LCI/Le Figaro.

"On regarde tout ça avec avec un peu d'humour, on se dit +les pauvres, ils s'offrent une parade de Disneyland+. Les vrais républicains regardons goguenards, avec un sourire, un rictus amusé, devant la débilité de ce type de régime", a-t-il ajouté, estimant que les Britanniques "pourraient parfaitement se passer des rois qui leur coûtent cher et pour rien".

"La monarchie, ce n'est pas un régime qui fait envie, par exemple, la monarchie saoudienne ne fait pas envie", a-t-il insisté.

Selon le patron des députés Insoumis, ce mariage, devenu un événement planétaire et populaire, revient à "un exercice de dressage".

"Il est fait pour habituer les esprits à l'idée qu'il est normal que certains dominent sans qu'on sache pourquoi, juste pour s'être donné le mal de naître dans le bon berceau avec une cuillère d'argent dans la bouche", a-t-il plaidé.

M. Mélenchon est aussi revenu sur certains propos d'Emmanuel Macron, qui avait assuré en 2015 que dans la politique française il y avait un "absent", à savoir "la figure du roi", dont "fondamentalement (...) le peuple français n'a pas voulu la mort".

"Si l'idée est d'arriver à la fin à dire que M. Macron a raison de dire que les Français sont en deuil d'un monarque et qu'il est disponible pour la fonction, alors non", a-t-il rétorqué. "Nous sommes les plébéiens, les Français sont un peuple de rebelles qui n'aiment guère qu'on les régente", a-t-il poursuivi.

© 2018 AFP