Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : l'eau coule à nouveau des robinets à Bouaké

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Élections anticipées en Turquie : Erdogan est-il toujours l'homme fort du pays ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Devenir Français, mode d'emploi

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

À la découverte du sanctuaire Pélagos en Méditerranée

En savoir plus

TECH 24

Handigamer : le jeu vidéo pour tous

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidence Macron : l'avalanche de réformes

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Métamorphoses du monde : le multilatéralisme menacé

En savoir plus

FOCUS

Footballers binationaux : le choix du drapeau

En savoir plus

#ActuElles

Roxanne Varza : "C’est le moment pour les femmes de s’investir dans le numérique"

En savoir plus

Tour d'Italie: Yates n'est "pas sûr d'être le favori"

© AFP | Le Britannique Simon Yates sur le podium après sa victoire dans la 15e étape du Giro, le 20 mai 2018 à Sappada

SAPPADA (ITALIE) (AFP) - 

Simon Yates, vainqueur dimanche de la 15e étape à Sappada, affirme "ne pas être sûr d'être le favori" du Giro, dont il occupe la première place à une semaine de l'arrivée.

QUESTION: Etes-vous enfin le favori pour la victoire finale ?

REPONSE: (sourire) "Il reste le contre-la-montre, je ne sais pas combien je peux perdre. J'espère que l'avantage de 2 min 11 sec sur Dumoulin est suffisant. Aujourd'hui, j'ai essayé de gagner le plus de temps possible sur lui. Deux minutes, ce n'est pas énorme, je sais que je me répète, mais c'est un fait. Je ne suis pas sûr d'être le favori."

Q: Avez-vous pensé surtout à distancer Froome au moment de votre attaque ?

R: "La descente de l'avant-dernier col était difficile, sinueuse, Lopez a essayé de partir et nous sommes arrivés tout de suite au pied de la montée suivante. J'ai vu qu'il y avait un petit écart avec le groupe de Dumoulin. Haig a durci l'allure, il a fait un travail exceptionnel. J'avais de très bonnes jambes et j'ai attaqué, je savais que ça ferait mal. Je voulais gagner l'étape et j'ai l'habitude d'attaquer quand mes jambes sont bonnes."

Q: Etes-vous surpris d'avoir si bien récupéré de la fatigue occasionnée par le Zoncolan ?

R: "L'étape du Zoncolan était extrêmement dure et difficile, aujourd'hui c'était pareil. Je savais que l'étape serait folle dès le début et que beaucoup tenteraient l'échappée. La tactique dépendait de la façon dont ça se passerait. La fatigue se faisait sentir mais j'étais motivé pour prendre le plus de temps possible. C'est peut-être cela qui m'a permis d'aller encore plus loin (dans l'effort). Je pense que tout le monde a terminé vidé."

Propos recueillis en conférence de presse

© 2018 AFP