Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

Tour d'Italie: Yates n'est "pas sûr d'être le favori"

© AFP | Le Britannique Simon Yates sur le podium après sa victoire dans la 15e étape du Giro, le 20 mai 2018 à Sappada

SAPPADA (ITALIE) (AFP) - 

Simon Yates, vainqueur dimanche de la 15e étape à Sappada, affirme "ne pas être sûr d'être le favori" du Giro, dont il occupe la première place à une semaine de l'arrivée.

QUESTION: Etes-vous enfin le favori pour la victoire finale ?

REPONSE: (sourire) "Il reste le contre-la-montre, je ne sais pas combien je peux perdre. J'espère que l'avantage de 2 min 11 sec sur Dumoulin est suffisant. Aujourd'hui, j'ai essayé de gagner le plus de temps possible sur lui. Deux minutes, ce n'est pas énorme, je sais que je me répète, mais c'est un fait. Je ne suis pas sûr d'être le favori."

Q: Avez-vous pensé surtout à distancer Froome au moment de votre attaque ?

R: "La descente de l'avant-dernier col était difficile, sinueuse, Lopez a essayé de partir et nous sommes arrivés tout de suite au pied de la montée suivante. J'ai vu qu'il y avait un petit écart avec le groupe de Dumoulin. Haig a durci l'allure, il a fait un travail exceptionnel. J'avais de très bonnes jambes et j'ai attaqué, je savais que ça ferait mal. Je voulais gagner l'étape et j'ai l'habitude d'attaquer quand mes jambes sont bonnes."

Q: Etes-vous surpris d'avoir si bien récupéré de la fatigue occasionnée par le Zoncolan ?

R: "L'étape du Zoncolan était extrêmement dure et difficile, aujourd'hui c'était pareil. Je savais que l'étape serait folle dès le début et que beaucoup tenteraient l'échappée. La tactique dépendait de la façon dont ça se passerait. La fatigue se faisait sentir mais j'étais motivé pour prendre le plus de temps possible. C'est peut-être cela qui m'a permis d'aller encore plus loin (dans l'effort). Je pense que tout le monde a terminé vidé."

Propos recueillis en conférence de presse

© 2018 AFP