Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

Homme battu à mort à Pau : trois personnes en garde à vue

© AFP/Archives | Trois personnes en garde à vue après la mort d'un trentenaire à Pau.

PAU (AFP) - 

Trois personnes ont été interpellées lundi matin et placées en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur la mort d'un trentenaire vendredi soir en pleine rue à Pau, a-t-on appris auprès de la procureure de la République de Pau, Cécile Gensac.

Les interpellations ont eu lieu "tôt ce matin", a indiqué à l'AFP la procureure, sans préciser l'âge des personnes placées en garde à vue.

La victime, un homme âgé de 32 ans, né au Burkina Faso et de nationalité française, avait été battu à mort par un groupe d'adolescents dans le quartier populaire Saragosse à Pau. L'agression s'était produite en pleine rue aux alentours de 19H00 dans un parc où des familles s'étaient rassemblées pour pique-niquer.

Plusieurs témoins, qui avaient alerté les secours, ont été entendus par la police. Selon eux, la victime aurait été rouée de coups par une douzaine de mineurs. Les secours arrivés sur place rapidement n'avaient pu la ranimer.

Selon Cécile Gensac, "la victime n'était pas inconnue des services de police en région parisienne", mais "n'avait pas fait parler d'elle depuis début 2018", époque de son arrivée à Pau. Selon le quotidien Sud Ouest, l'homme avait déjà été condamné pour "vol aggravé" et "trafic de stupéfiants" entre 2010 et 2015.

"Aucun lien n'est en l'état établi entre son passé et les faits survenus vendredi soir à Pau", a toutefois précisé la procureure.

Une enquête de flagrance a été ouverte. L'autopsie du corps de la victime aura lieu à l'institut médico-légal de Toulouse.

© 2018 AFP