Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle malienne, la Cour constitutionnelle valide la victoire d'IBK

En savoir plus

LE DÉBAT

8 ans après, Athènes tourne la page des plans d'aide

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taysir Batniji : "Mes cousins palestiniens exilés aux États-Unis se sentent Américains"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les Vénézuéliens face à l’hyperinflation

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La Grèce, ses blessures fermées, et celles qui restent ouvertes"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

Asie - pacifique

Rohani : "Les États-Unis ne peuvent pas décider pour l'Iran et le monde"

© AFP | Le président iranien Hassan Rohani avec des membres de son gouvernement, le 8 mai 2018 à Téhéran.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/05/2018

Hassan Rohani, le président iranien, a réagi lundi aux menaces américaines de sanctions "les plus fortes de l'histoire" en affirmant que les États-Unis ne décidaient plus pour le monde d'aujourd'hui.

Le président iranien Hassan Rohani a affirmé lundi 21 mai que les États-Unis ne pouvaient pas décider seuls pour l'Iran et le monde, en réaction aux propos du chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo qui a menacé Téhéran de sanctions "les plus fortes de l'Histoire".

"Le monde d'aujourd'hui n'accepte pas que les États-Unis décident pour lui (...) Qui êtes-vous pour décider pour l'Iran et le monde ? L'époque de telles déclarations est révolue", a déclaré le président iranien, cité par des agences de presse iraniennes.

Les États-Unis ont menacé l'Iran de sanctions "les plus fortes de l'Histoire" si Téhéran ne se pliait pas à leurs conditions draconiennes pour conclure un "nouvel accord" beaucoup plus large, après le retrait américain controversé de l'accord sur le nucléaire iranien, conclu en juillet 2015 entre Téhéran et les puissances du groupe 5+1 (Chine, États-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne).

"L'Iran n'aura plus jamais carte blanche pour dominer le Moyen-Orient", a déclaré Pompeo en présentant la "nouvelle stratégie" des États-Unis.

"Risque que l'Iran reprenne son programme nucléaire"

"Il n'y a pas de solution alternative" à l'accord sur le nucléaire, a réaffirmé la cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, estimant que le discours de Mike Pompeo "n'a démontré en rien" comment le retrait américain pourrait rendre "la région plus sûre".

Depuis Buenos Aires, où il participait à la réunion des ministres des Affaires étrangères du G20, le chef de la diplomatie allemande Heiko Maas a annoncé lundi qu'il se rendrait cette semaine à Washington pour s'entretenir avec Mike Pompeo.

"Nous pensons que sans cet accord, nous prendrions le risque que l'Iran reprenne son programme nucléaire", a-t-il ajouté.

Avec AFP

Première publication : 22/05/2018

  • IRAN

    Iran : Washington va adopter les sanctions "les plus dures de l'Histoire"

    En savoir plus

  • IRAN

    Accord nucléaire : l'Iran juge les promesses européennes insuffisantes

    En savoir plus

  • FRANCE

    Iran : la France propose que l'UE prenne en charge les pénalités américaines

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)