Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Japon : l'immigration dans un pays "sans réfugiés"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"A genoux les gars" : une comédie crue et féministe sur le désir et l’interdit

En savoir plus

L’invité du jour

Benoit Cohen : "La double peine pour les migrants, c’est de subir le rejet avant même d’être arrivés"

En savoir plus

FACE À FACE

Conseil franco-allemand : le temps des concessions ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Stoltenberg : "Le sommet de l'Otan permettra de montrer l'unité transatlantique"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Khaled Diab : le vrai du faux de l'Islam

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Shell et Eni jugés pour corruption au Nigeria

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Erdogan va-t-il desserrer son étau?"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Plus de 68 millions de personnes chassées de chez elles à-travers le monde, en 2017"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Grands titres, éditos, photos et dessins du jour... Nos chroniqueurs passent en revue les Unes de la presse française et étrangère, ainsi que les débats qui l’alimentent. Du lundi au vendredi à 7h15 et 9h15.

Dernière modification : 22/05/2018

"Italie, année zéro ?"

© Capture d'écran France 24

À la une de la presse ce mardi 22 mai : la désignation de Giuseppe Conte par la Ligue et le Mouvement 5 étoiles comme chef du nouveau gouvernement italien, la mobilisation des fonctionnaires en France et l’arrestation de six militantes du droit des femmes à conduire en Arabie saoudite.

<span><span>Le + </span></span>: Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre <span><span>i</span></span><span>Phone</span> ou sur <span>tout autre mobile</span>. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur <span>Facebook</span>

 

À la une de la presse ce matin : la désignation par les dirigeants de la Ligue et du Mouvement 5 étoiles de Giuseppe Conte pour diriger le nouveau gouvernement italien.

Matteo Salvini et Luigi di Maio se sont mis d'accord pour désigner ce juriste de 54 ans, dont le nom, totalement inconnu du grand public, doit encore être approuvé par Sergio Mattarella. C’est ce que rappelle Il Fatto Quotidiano, avec ce jeu de mots assez intraduisible : «Il conte senza l’oste» : les «Salvimaio», Matteo Salvini et Luigi di Maio, auraient fait leurs comptes sans l’aubergiste - entendez, sans le président de la République, qui demande, pour sa part, «un délai de réflexion». Le quotidien Libero, lui, a tranché : le gouvernement proposé par les populistes est trop à gauche : «Un gouvernement rouge ou rien», ironise le journal conservateur, qui affirme que Sergio Mattarella «ne fait pas confiance aux solutions proposées par Di Maio et Salvini» et qu’il ne fait pas confiance non plus au «premier majordome», désigné pour diriger l’exécutif. Il Manifesto n’est pas plus enthousiaste : «Il Conte del Grillo». D’après le quotidien communiste, Giuseppe Conte serait la créature de Beppe Grillo, le fondateur du Mouvement 5 étoiles. «Ce gouvernement 5 étoiles se présente comme une formation innovante, mais il (serait) surtout vieux et malade, culturellement et politiquement», d’après le journal.

D’après Der Tagesspiegel, en Allemagne, les populistes italiens «mettent l’Europe en état d’alerte», notamment à cause de leur projet de mettre en place un revenu de base tout en réduisant les impôts, ce qui laisse envisager une augmentation du déficit italien. Une inquiétude partagée par le quotidien conservateur espagnol ABC, qui voit l’Italie «se lancer dans le vide». «Les radicaux de la Ligue et du Mouvement 5 étoiles chargent un novice en politique d’appliquer leur recette europhobe et populiste».

Pas davantage de soutien du côté de la presse française. Italie «année zéro», titre Libération, en évoquant lui aussi «un programme qui inquiète l’Europe, jetant Rome dans l’inconnu». «Le bel idéal européen, moderne et généreux, démocratique et ouvert sur le monde, basé sur la paix et la prospérité pour tous, commence à avoir du plomb dans l’aile», s’inquiète Libé, qui appelle à une «réinvention» du projet commun, pour «redonner de l’espoir à tous ceux qui se sentent oubliés ou n’y croient plus». L’Italie a «succombé aux sirènes du populisme», envoyant «un signal préoccupant à un an des européennes», écrit Le Parisien, en assurant que l’UE «ne laissera pas tout faire», ni l’exclusion des francs-maçons du gouvernement, ni les dérapages anti-immigrés. «Y a pas de quoi se réjouir! Ça va être ingérable!», s’alarme Emmanuel Macron dans le dessin de Kak pour L’Opinion. «C’est l’idée», répondent en chœur le patron des Insoumis, Jean-Luc Mélenchon, et celle du Front national, Marine Le Pen, qui vient de se féliciter des «perspectives époustouflantes» ouvertes, selon elle, par l’alliance des populistes italiens.

En France, les syndicats de fonctionnaires défilent aujourd’hui dans l’unité contre les réformes du gouvernement. «De la colère dans l’air», annonce 20 minutes, qui précise que les fonctionnaires «dénoncent la mise en cause de leur statut et l’incapacité du gouvernement à les entendre». Les «fonctionnaires unanimes contre la casse» : d’après L’Humanité, «si les syndicats se mobilisent, ce n’est pas seulement parce que les fonctionnaires perdent du pouvoir d’achat depuis des années», mais parce que «le malaise touche au sens même de l’action publique : doit-elle servir l’égalité et la justice ou bien (être) détournée au profit des oligarques?». «Quel cataclysme menace la fonction publique ?», interpelle Le Figaro. D’après le journal, la «fureur» viendrait surtout de (la) grande concertation (en cours pour) moderniser une administration dont les contours, les missions et les méthodes» (seraient) «les mêmes qu’au siècle dernier».

Celle-là date pour de bon du siècle dernier : en Arabie saoudite, l’interdiction faite aux femmes de conduire sera levée le 24 juin prochain. À un mois de l’entrée en vigueur du décret royal, six militantes saoudiennes du droit des femmes à conduire ainsi que trois hommes, sympathisants de leur mouvement, ont pourtant été arrêtés le 15 mai dernier, accusés de «saper l’unité nationale»et de porter «atteinte à la stabilité du pays», d’après Le Monde, qui parle d’un «paradoxe», d’une «offensive du pouvoir» dont la raison (ne serait) pas «connue avec certitude». Le journal cite «la thèse la plus en vogue», selon laquelle «il s’agirait de s’assurer que ces femmes à la langue trop bien pendue ne puissent pas parler aux journalistes étrangers qui s’apprêtent débarquer dans le pays le 24 juin prochain». Le prince héritier Mohammed Ben Salman «ne veut laisser à personne d’autre que lui le mérite de cette mesure», suggère une féministe. «En d’autres termes : 'Conduis et tais-toi'», résume Le Monde.Le prince héritier accorde aux femmes l’autorisation de conduire, «mais si elles demandent quoi que ce soit d’autre, elles iront droit en prison», prévient The Guardian. «L’Arabie saoudite assure qu’elle veut sérieusement se réformer, mais semble surtout chercher à maquiller une répression accrue».

 

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française(du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale(du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/06/2018 Hélène FRADE

"Erdogan va-t-il desserrer son étau?"

Dans la presse, ce mercredi 20 juin, la décision des États-Unis de quitter le Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Un plaidoyer en faveur des migrants et des réfugiés. Les...

En savoir plus

20/06/2018 Hélène FRADE

"Plus de 68 millions de personnes chassées de chez elles à-travers le monde, en 2017"

A la une de la presse, ce mercredi 20 juin, la journée mondiale des réfugiés, dont le nombre atteint un niveau inédit depuis la Seconde guerre mondiale – en plein essor des...

En savoir plus

19/06/2018 Hélène FRADE

"En Thaïlande, le crime de lèse-canidé"

Dans la presse, ce mardi 19 juin, le tollé provoqué par le durcissement de la politique migratoire de l’Administration Trump. Les restes dictateur Franco bientôt exhumés à Valle...

En savoir plus

19/06/2018 Hélène FRADE

Donald Trump: "C'est la faute d'Angela Merkel"

A la Une de la presse, ce mardi 19 juin, les réactions au durcissement de la politique migratoire aux Etats-Unis, où près de 2000 enfants se retrouvent séparés de leurs parents...

En savoir plus

18/06/2018 Hélène FRADE

Aux Etats-Unis, la réalité "sinistre" des enfants séparés de leurs parents sans-papiers

A la une de la presse, ce lundi 18 juin, la victoire du candidat de la droite à la présidentielle en Colombie. Des enfants de sans-papiers séparés de leurs parents aux...

En savoir plus