Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Emmanuel Ramazani Shadary, le dauphin qui ne fait pas l'unanimité

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Sénat argentin rejette la légalisation de l'avortement

En savoir plus

LE DÉBAT

Proche-Orient : un nouvel affrontement est-il imminent entre Israël et le Hamas ?

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cannabis : le casse-tête de la légalisation

En savoir plus

Iran, Syrie, Ukraine: Macron veut des "initiatives communes" avec Poutine

© POOL/AFP | Le président russe Vladimir Poutine avec son homologue français Emmanuel Macron et son épouse Brigitte le 24 mai 2018 à Saint-Pétersbourg

STRELNA (RUSSIE) (AFP) - 

Le président français Emmanuel Macron est arrivé jeudi en Russie pour oeuvrer avec Vladimir Poutine à la mise en place d'"initiatives communes" sur le nucléaire iranien, la Syrie et l'Ukraine, malgré un climat de confrontation qui ne cesse de se dégrader entre Moscou et les Occidentaux.

Un an après un premier tête-à-tête à Versailles, le président russe a accueilli Emmanuel Macron et sa femme Brigitte, à qui il a offert un bouquet de fleurs, sur les terrasses du fastueux Palais Constantin, dominant le Golfe de Finlande, au sud-ouest de l'ancienne capitale impériale Saint-Pétersbourg.

Prévue sur deux jours, la première visite d'Emmanuel Macron en Russie intervient à l'occasion du Forum international économique de Saint-Pétersbourg, principal rendez-vous des milieux d'affaires russes où est attendu aussi le Premier ministre japonais Shinzo Abe.

Elle doit permettre au président français, flanqué d'une imposante délégation d'homme d'affaires, de montrer sa volonté de continuer à faire du commerce avec la Russie malgré des relations très tendues, mais aussi de ne pas éviter les sujets qui fâchent.

"Qu'il s'agisse de l'Ukraine, du Moyen-Orient, de la crise iranienne et de la situation en Syrie, qu'il s'agisse aussi de la manière dont nous voyons le multilatéralisme contemporain, je crois qu'il nous faut travailler pour prendre des initiatives communes", a déclaré M. Macron au début de l'entretien.

"Nos relations se développent malgré les difficultés", a relevé de son côté M. Poutine, ajoutant qu'il comptait aborder "les sujets internationaux clés dont la solution sont dans l'intérêt de la France comme de la Russie".

Les thèmes ne manquent pas. Après des années de tensions liées à la crise ukrainienne et au conflit syrien, l'empoisonnement en mars d'un ex-espion russe en Angleterre a provoqué une vague d'expulsions de diplomates.

Face à tous ces sujets qui fâchent, un point de convergence est apparu avec le retrait des Etats-Unis de l'accord sur le programme nucléaire iranien, accompagné de menaces de sanctions américaines si Téhéran ne se plie pas à une liste d'exigences draconiennes en vue d'un nouvel accord.

Moscou et les Européens semblent sur ce point être sur la même ligne, les deux pays souhaitant préserver l'accord iranien. Restant discret publiquement sur le sujet, Vladimir Poutine a tenu de nombreux entretiens sur le sujet ces derniers jours, recevant vendredi Angela Merkel.

Les relations avec Paris restent empoisonnées par le conflit syrien, qui a fait plus de 350.000 morts depuis le début de la guerre en 2011.

Fidèle allié de Bachar al-Assad, reçu le 17 mars par Vladimir Poutine, Moscou intervient militairement dans le pays depuis septembre 2015 et a vivement dénoncé les frappes des Etats-Unis, de la France et du Royaume-Uni fin avril contre des positions du régime de Damas, en riposte à une attaque chimique présumée.

- Cinquantaine de contrats prévus -

Autre point de désaccord: la situation en Ukraine, où les combats opposant depuis quatre ans gouvernement pro-occidental et rebelles prorusses connaissent un regain de tensions ces derniers jours. Les enquêteurs internationaux ont révélé jeudi de quelle unité militaire russe provenait le missile qui a abattu le vol MH17 au-dessus de l'Ukraine en 2014.

Garants avec Berlin des accords de paix de Minsk signés en 2015, MM. Macron et Poutine devraient évoquer ce conflit ayant fait 10.000 morts depuis 2014 et où Moscou est accusé d'intervenir militairement par les Occidentaux, ce que la Russie dément.

Les Occidentaux ont compris que parler avec M. Poutine est "inévitable", estime l'expert Alexandre Baounov, du centre Carnegie. Angela "Merkel et (le Premier ministre japonais Shinzo) Abe ont déjà commencé à dégeler leurs contacts avec Moscou, et Macron craint de perdre l'avantage que la France a toujours eu avec la Russie".

En visitant le principal rendez-vous des milieux économiques russes, le président français veut aussi montrer que la France, restée l'une des principales sources d'investissements étrangers en Russie ces dernières années malgré les sanctions, veut continuer à y faire des affaires.

Au côté de Vladimir Poutine, Emmanuel Macron interviendra vendredi après-midi devant le Gotha économique russe présent au Forum, accompagné d'une importante délégation de patrons français.

A son arrivée au Palais Constantin, il a d'emblée annoncé que la signature d'une cinquantaine de contrats était prévue lors de sa visite.

L'ONG Human Rights Watch a exhorté M. Macron à parler des droits de l'homme avec Vladimir Poutine, "à défaut de quoi il apparaitrait comme se trahissant lui-même".

A trois semaines du début de la Coupe du Monde de football, qui se tiendra du 14 juin au 15 juillet dans 11 villes de Russie, l'ONG a appelé à boycotter la cérémonie d'ouverture en raison du soutien de l'armée russe à Bachar al-Assad.

© 2018 AFP