Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : l'eau coule à nouveau des robinets à Bouaké

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Élections anticipées en Turquie : Erdogan est-il toujours l'homme fort du pays ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Devenir Français, mode d'emploi

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

À la découverte du sanctuaire Pélagos en Méditerranée

En savoir plus

TECH 24

Handigamer : le jeu vidéo pour tous

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidence Macron : l'avalanche de réformes

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Métamorphoses du monde : le multilatéralisme menacé

En savoir plus

FOCUS

Footballers binationaux : le choix du drapeau

En savoir plus

#ActuElles

Roxanne Varza : "C’est le moment pour les femmes de s’investir dans le numérique"

En savoir plus

EUROPE

Les Irlandais aux urnes pour un référendum historique sur l'avortement

© Paul Faith, AFP | Les Irlandais ont commencé à voter, vendredi 24 Mai

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 25/05/2018

Les Irlandais se prononcent, vendredi, par référendum, sur la libéralisation de l'avortement, 35 ans après l'adoption d'un amendement constitutionnel l'interdisant. La société reste divisée, mais le oui est en tête des sondages.

C’est un jour de vote historique pour l'Irlande. Près de 3,5 millions d’Irlandais sont appelés à se rendre aux urnes, vendredi 25 mai, pour se prononcer par référendum sur le maintien ou l'abrogation une disposition constitutionnelle interdisant le droit à l'avortement.

>> À lire : Avortement en Europe, état des lieux pays par pays

Le scrutin porte sur le 8e amendement de la Constitution, adopté en 1983, qui interdit la promulgation de toute législation sur le sujet et protège le "droit à la vie de l’enfant à naître" au même titre que celui de la mère.

Le droit irlandais reste très strict sur la question. Il a été légèrement assoupli en 2013, rendant possible l’interruption de grossesse dans le seul cas où la vie de la mère est en danger. Mais le viol, l'inceste ou la malformation du fœtus ne sont pas des raisons légales d'avorter. Aujourd’hui, la législation reste parmi les plus restrictives d'Europe, avec l'Irlande du Nord et Malte notamment.

>> À lire : Attaqués sur le Web, les anti-IVG ripostent dans les rues de Paris

La grande majorité des partis politiques a appelé à voter pour le oui, notamment le Premier ministre Leo Varadkar, qui a qualifié cette consultation "d’occasion unique pour toute une génération". Il a rappelé que "depuis l'introduction du 8e amendement dans la constitution, 170 000 femmes sont allées à l'étranger pour avorter". Les partisans du droit à l’IVG estiment qu’environ 3 000 Irlandaises se rendent en Grande-Bretagne pour interrompre leur grossesse, d'autres se procurant des "pilules du lendemain" sur Internet.

Le oui en tête dans les sondages

Au terme d’une campagne passionnée en Irlande, les sondages donnent le "oui" en tête, le dernier sondage en date de l'institut Red C estimant les partisans du droit à l'avortement à 56 % des intentions de vote contre 27 % qui se disent hostiles à une modification de la Constitution et 14 % qui se déclarent indécis. Le vote suscite un fort intérêt, puisque les autorités ont enregistré un nombre important de nouveaux inscrits sur les listes électorales, avec plus de 118 000 demandes d'ajout cette année.

>> À voir : L’avortement, un droit en régression en Europe ?

L’Église catholique, qui avait joué un rôle clé en 1983 dans les débats, semble en perte de vitesse. Certains des 25 évêques  du pays se sont certes engagés dans la campagne ces dernières semaines, estimant que ce qui était en jeu dans le référendum "était un grand combat entre la lumière et l'obscurité, entre la vie et la mort". Mais l’influence de la religion dans la société est moins forte, avec 76 % des Irlandais se déclarant catholiques en 2016 (contre 92 % en 1991). L'institution religieuse paie aussi le prix des affaires de pédophilie impliquant des prêtres, parfois couvertes par des responsables ecclésiastiques. Cette fois, ce sont les femmes qui se sont impliquées largement dans les débats, fortes de leurs expériences personnelles de l’IVG.

L’Irlande est en plein bouleversement sociétal : la consultation intervient trois ans après la légalisation, par référendum également, du mariage homosexuel. Le pays avait alors été le premier au monde à avoir légalisé ce droit au suffrage universel direct.

>> À lire : En Pologne, face au risque de durcissement, des femmes témoignent

Avec AFP et Reuters

Première publication : 25/05/2018

  • IRLANDE

    Avortement en Irlande : avant le référendum, le débat fait rage

    En savoir plus

  • IRLANDE DU NORD

    Vingt ans après les accords de paix, l'avenir des deux Irlandes en question

    En savoir plus

  • FISCALITÉ

    La France pire que l'Irlande ? Un classement des paradis fiscaux bouscule les idées reçues

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)