Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle malienne, la Cour constitutionnelle valide la victoire d'IBK

En savoir plus

LE DÉBAT

8 ans après, Athènes tourne la page des plans d'aide

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taysir Batniji : "Mes cousins palestiniens exilés aux États-Unis se sentent Américains"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les Vénézuéliens face à l’hyperinflation

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La Grèce, ses blessures fermées, et celles qui restent ouvertes"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

Orlando Sierra, de l'AFP, photographe de l'année au Honduras

© AFP | le président du Parlement Mauricio Oliva Herrera (d) remet au photographe de l'AFP Orlando Serra la médaille du prix du photographe de l'année, le 24 mai 2018 à Tegucigalpa, au Honduras

TEGUCIGALPA (AFP) - 

Le Parlement du Honduras a décerné jeudi le prix du photographe de l'année à Orlando Sierra, qui travaille pour l'AFP depuis 1992, saluant sa capacité à saisir "des moments vibrants de notre Histoire" dans ce pays qui est l'un des plus dangereux au monde pour les journalistes.

Lors d'une cérémonie, les "Prix parlementaires 2018" ont été remis à M. Sierra et onze autres journalistes locaux.

Avant de remettre la médaille de sa récompense au photographe de l'AFP, le président du Parlement, Mauricio Oliva, a souligné dans un discours "son talent fin pour la photographie", grâce auquel il "saisit des moments vibrants de notre Histoire et dépeint les différents angles de la réalité".

Orlando Sierra, 52 ans, a lui réagi en expliquant que "la meilleure information n'est pas toujours celle qui est donnée en premier mais, très souvent, celle qui est le mieux racontée". "Cela, je l'ai appris en travaillant avec l'AFP depuis 25 ans", a-t-il ajouté.

Diplômé de l'Université nationale autonome du Honduras, M. Sierra a d'abord travaillé comme rédacteur et photographe du journal La Tribuna pendant 16 ans, puis trois ans comme reporter de la chaîne Televisa.

La cérémonie de remise des prix a commencé par une minute de silence en hommage aux 71 journalistes, propriétaires et employés de médias de communications assassinés depuis 2003 au Honduras. Dans plus de 90% des cas, ces crimes restent impunis.

Le pays d'Amérique centrale, miné par la pauvreté, la corruption et la violence des gangs, est considéré comme l'un des plus dangereux au monde pour exercer le journalisme.

En 2017, son actualité a notamment été marquée par la réélection contestée du président Juan Orlando Hernandez, le 26 novembre dernier, contre laquelle des dizaines de milliers de personnes ont manifesté, obligeant à déclarer l'état d'urgence temporairement.

Plus de 30 personnes ont été tuées et plusieurs centaines ont été arrêtées au cours de ces troubles, selon des organisations de défense des droits de l'homme.

© 2018 AFP