Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Emmanuel Ramazani Shadary, le dauphin qui ne fait pas l'unanimité

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Sénat argentin rejette la légalisation de l'avortement

En savoir plus

LE DÉBAT

Proche-Orient : un nouvel affrontement est-il imminent entre Israël et le Hamas ?

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cannabis : le casse-tête de la légalisation

En savoir plus

"Formez ce front populaire dont le peuple a besoin !" lance Mélenchon depuis Marseille

© AFP | Jean-Luc Mélenchon lors de la "marée populaire" à Marseille le 26 mai 2018

MARSEILLE (AFP) - 

Face au gouvernement, "formez ce front populaire dont le peuple a besoin", a lancé depuis Marseille Jean-Luc Mélenchon aux participants aux "marées populaires" qui défilent samedi à travers le pays.

"Les Marseillais, les premiers, vous ont ouvert le chemin du rassemblement des partis, des syndicats, des associations du peuple tout entier !", a déclamé le chef de file des Insoumis, retrouvant ses accents de tribun, juché sur une caisse de bois, au milieu de milliers de partisans.

Dans une ville où les écarts de chiffres sont souvent très larges, la CGT a annoncé 65.000 manifestants, contre 4.200 côté police.

"Formez ce Front populaire (...) pour que l'on commence l'ère du partage, du renouveau, d'une autre société", a poursuivi M. Mélenchon, avant que le cortège ne s'élance du Vieux-Port.

"Ne comptez que sur vous, il n'y aura pas de sauveur suprême", a ajouté le député de Marseille, soulignant que ces marches n'étaient "la propriété d'aucune organisation" et d'aucun de leurs dirigeants, mais témoignant sa "reconnaissance" aux syndicats et à la CGT en particulier, qui "la première a appelé au rassemblement".

"Il faut que la tête dure de Monsieur Emmanuel Macron entende ce message du peuple populaire, comme on dit", a déclamé M. Mélenchon, rappelant les luttes des personnels hospitaliers et des étudiants ou encore la question des moyens policiers face aux trafics à Marseille.

"Vous nous répondez qu'il n'y a pas d'argent ? Ecoutez le peuple qui crie, et qui vous dit +nous ne vous croyons pas parce que vous nous mentez+ !", a-t-il ajouté, rappelant des mesures fiscales jugées injustes et favorables aux "riches".

"Le pays est riche, le pays doit partager. Il est assez que ce soit les mêmes qui aient toujours tout (...) Au nom des pauvres, des humiliés, des sans-toit, des mineurs abandonnés, nous vous disons +Assez !+ Nous voulons partager, nous voulons travailler, nous voulons enrichir la vie de chacun", a-t-il déclaré.

Le peuple "veut travailler et déployer son intelligence, au service de la communauté humaine et d'une civilisation qui ne serait pas entièrement vouée à l'égoïsme social, au chacun pour soi, à laisser crever les autres pendant que d'aucuns se gobergent", a-t-il encore lancé, sous les applaudissements.

© 2018 AFP