Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

Manifestation à Paris: quelques dizaines d'arrestations en marge du défilé

© AFP | Dans le cortège parisien à Paris le 26 mai 2018

PARIS (AFP) - 

Quelques dizaines de personnes ont été interpellées en début de manifestation samedi à Paris, en marge du défilé contre la politique d'Emmanuel Macron qui doit rejoindre la place de la Bastille, a-t-on appris auprès de la préfecture de police.

La préfecture de police de Paris avait prévenu dès vendredi qu'elle procéderait à de "nombreux contrôles" en amont du cortège pour détecter d'éventuelles armes et personnes violentes.

Une heure après le début de la manifestation, la PP a indiqué que 32 personnes avaient été interpellées, notamment pour port d'arme, rébellion ou participation à un groupement en vue de commettre des violences.

"On veut éviter autant que faire se peut le phénomène black blocs" (ndlr militants radicaux de l'ultra gauche), a déclaré à l'AFP le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, depuis la salle de commandement de la préfecture de police.

"J'espère que ce défilé sera un défilé calme, où les gens peuvent exprimer leur opinion. Nous sommes dans un Etat républicain et ceux qui veulent casser, piller, voire s'en prendre aux forces de l'ordre, sont arrêtés de manière préventive", a-t-il ajouté.

En milieu d'après-midi, alors que le cortège arrivait place de la République, un des manifestants, vêtu de noir et cagoulé, est monté sur la statue et a tagué sous les vivats de la foule: "La République aussi coupe des mains #Zad #Collomb", a constaté un journaliste de l'AFP. L'inscription se réfère à l'accident survenu à Notre-Dame-des-Landes cette semaine, dans lequel un manifestant a perdu sa main en ramassant une grenade des forces de l'ordre.

Mardi à Paris, en marge de la manifestation des fonctionnaires, plus d'une centaine de personnes, dont des mineurs, avaient été arrêtées, la plupart pour avoir tenté d'occuper le lycée Arago (XIIe arrondissement).

© 2018 AFP