Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

Tour d'Italie: Pinot perd pied à la veille de l'arrivée

© AFP | Le Français Thibaut Pinot lors de la 19e étape du Tour de France le 25 mai 2018

BREUIL-CERVINIA (ITALIE) (AFP) - 

Thibaut Pinot, à la dérive, a perdu sa place sur le podium, samedi, dans la 20e et avant-dernière étape du Giro désormais promis au Britannique Chris Froome.

Quasiment à l'arrêt à 40 kilomètres de l'arrivée, le Français a essuyé une défaillance monumentale, au lendemain de sa grande performance dans l'étape de Jafferau qui lui avait permis de se relancer après plusieurs journées difficiles.

Le col de Saint-Pantaléon, l'avant-dernière ascension du Giro, est devenu un chemin de croix pour le grimpeur franc-comtois. Attendu par l'ensemble de ses équipiers, il a pédalé au ralenti sur les 12 kilomètres le séparant du sommet qu'il a franchi... 21 minutes après le peloton auquel il appartenait en bas de la montée.

"C'est une grosse défaillance, il est vidé", a expliqué son directeur sportif Martial Gayant, aussi surpris que le clan de l'équipe Groupama-FDJ qui entrevoyait un premier podium pour un coureur français à l'arrivée du Giro depuis 1990 (en 2011, John Gadret, initialement 4e, avait bénéficié du déclassement d'Alberto Contador).

"On ne s'attendait pas à ça aujourd'hui même si on savait que l'étape serait difficile à gérer", a ajouté le responsable de l'équipe française bien avant que son leader, exténué et toussant, rallie l'arrivée avec un retard de l'ordre de trois quarts d'heure.

Pour Froome, en revanche, le lendemain de son raid incroyable de 80 kilomètres n'a pas semblé poser de problème particulier. Le Britannique a contrôlé aisément les quatre accélérations de son dauphin, le Néerlandais Tom Dumoulin, le seul susceptible de l'inquiéter encore, dans la montée finale vers Cervinia.

- Froome: "La bataille est derrière nous" -

Pour marquer un peu plus sa supériorité, le quadruple vainqueur du Tour de France a contré sèchement son rival avant de couper son effort. Il a tenu ensuite à sprinter sur la ligne pour assurer le maillot bleu qui désigne le lauréat du GP de la Montagne.

"Ce n'est pas encore fini mais la bataille est derrière nous", a raconté le Britannique qui a grignoté 6 secondes supplémentaires à Dumoulin. "Quand je pense à ma position (au classement) il y a deux jours... Je rêve!"

Il ne reste plus qu'une étape de plat, dans la capitale italienne, pour que Froome devienne le premier Britannique (et aussi le premier coureur de l'équipe Sky) à gagner le Tour d'Italie en 101 éditions. Il compte 46 secondes d'avance sur Dumoulin, le vainqueur sortant du Giro.

Cette dernière étape de montagne a permis au grimpeur colombien Miguel Angel Lopez de déloger Pinot du podium, mais à près de 5 minutes de Froome.

Dans la station située au pied du Cervin, au la victoire d'étape est revenue à Mikel Nieve, lieutenant du Britannique Simon Yates jusqu'à la défaillance du Britannique vendredi. "Je n'aurais pas pu rêver d'un meilleur anniversaire", a réagi le grimpeur espagnol, aujourd'hui âgé de 34 ans.

Le Basque s'est dégagé dans la partie la plus raide de Saint-Pantaléon, à 32 kilomètres de l'arrivée pour remporter son troisième succès dans le Giro, à chaque fois en solo. En 2011, il avait gagné une étape format XXL dans les Dolomites, qui avait duré plus de sept heures.

© 2018 AFP