Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Je pense, donc je foot"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Déception pour les équipes africaines au Mondial de football

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Polémique autour des dépenses de l'Elysée

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mondial de football : la Russie lance sa Coupe du Monde

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Attractivité de la France : Paris profite-t-elle d'un effet Brexit ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Politique sociale : vers une réduction des aides ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Quelle place pour la communauté juive en France ?

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

De Bayonne à Hasparren, le patrimoine chanté du Pays basque

En savoir plus

TECH 24

Foot et tech : on refait le match !

En savoir plus

Barrage retour: Toulouse s'impose sur la fin et se maintient en Ligue 1

© AFP / Par Rémy ZAKA | Jimmy Durmaz, buteur pour Toulouse face à l'AC Ajaccio, en barrage retour pour la Ligue 1, le 27 mai 2017 au Stadium

TOULOUSE (AFP) - 

En s'imposant mercredi (3-0) à Montpellier, Toulouse avait pris une sérieuse option aux dépens de l'AC Ajaccio. Lors du match retour dimanche soir au Stadium, le TFC s'est contenté du minimum, une victoire sur le tard (1-0), pour valider son maintien en Ligue 1.

Pour le club corse, amoindri par les suspendus (Mathieu Coutadeur, Daiz Selemani) mais aussi les absences de Jean-Louis Leca et Ghislain Gimbert (blessés), la marche toulousaine s'est donc avérée trop haute.

Ce n'est pas faute d'avoir essayé. Mais il a manqué de précision à défaut d'envie et d'un état d'esprit sans faille. La "remontada", dont Olivier Pantaloni, l'entraîneur en tribunes en raison de sa suspension, caressait l'espoir, s'est avérée impossible.

Au final, pour le 3e Ligue 2, il restera des regrets de ne pas retrouver l'élite quittée il y a quatre ans.

A l'aller, dans l'enceinte à huis clos (le stade François-Coty à Ajaccio suspendu à titre conservatoire par la LFP à la suite des incidents qui ont émaillé le match Ajaccio?Le Havre), il y avait eu les buts de Gradel, Jullien et Sanogo.

- Debève sifflé -

Cette fois, sous une pluie battante, il y a eu des éclairs... à cause d'un orage mais très peu sur le terrain. Il a fallu attendre 60 minutes pour la première occasion, signée Gradel. Sinon que de ballons perdus et de mauvaises passes!

Les Toulousains avaient dit vouloir se rabibocher avec une partie de leurs supporteurs fâchés par cette nouvelle saison triste à mourir. Mais à l'image de leur première période et des quelque 25.000 supporters qui ont scandé "on se fait...", ce n'est pas pour demain. Et ce n'est pas le but de Durmaz en fin de match (88) du gauche qui changera l'impression générale.

Toujours est-il que l'entraîneur Mikaël Debève peut pousser un immense ouf de soulagement. Le successeur de Pascal Dupraz fin janvier, qui a été sifflé par le public, a rempli sa mission: il a sauvé le club.

Mais que la route fut ardue. Car ce TFC n'a été tranquille qu'autour de la dixième journée (10e). Ensuite, des mauvais résultats, notamment des défaites contre Strasbourg ou Montpellier l'ont fait doucement plonger.

En position de relégable entre la 19e et 23e journée, Toulouse s'est finalement retrouvé barragiste à la faveur d'une ultime défaite (19 dans la saison, 9 victoires et 10 nuls) à domicile contre Lille (2-3).

Mais heureusement pour les Toulousains depuis deux saisons, les barrages ont été remis au goût du jour. Et dans cet exercice, il faut reconnaitre qu'ils s'en sortent bien, contrairement à Lorient l'an passé: les Bretons avaient chuté devant Troyes.

A trois reprises, le TFC a en effet conservé sa place au plus haut niveau en jouant ce genre match à couperet. La dernière fois, c'était contre Lens en 1991. Finalement le seul échec en barrage, c'est l'accession dont Tours les avait privés (1981).

Reste que le TFC, club en sursis depuis quatre ans mais qui va vivre sa 16e année de suite dans l'élite, doit se reconstruire. Il a déjà connu un miracle: l'exceptionnel remontada sous la houlette de Pascal Dupraz en 2016. Il vient à nouveau d'échapper in extremis aux affres de la L2. Mais à force de jouer avec le feu, il risque un jour de finir par se brûler.

Par Rémy ZAKA

© 2018 AFP