Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

Donald Trump: "C'est la faute d'Angela Merkel"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire, le PDCI allié de Ouattara rejette un "parti unifié"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Immigration : de l'Espagne aux Etats-Unis en passant par l'Allemagne, les voix s'élèvent

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Royaume" : Yumi et Moonboy, un tandem poétique, électro-pop

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Aux Etats-Unis, la réalité "sinistre" des enfants séparés de leurs parents sans-papiers

En savoir plus

L’invité du jour

Alexandre Mars : "Faire une société dans laquelle le don sera la norme"

En savoir plus

FOCUS

Arménie : les ravages de la corruption sur l'environnement

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Éthiopie : le barrage pharaonique construit sur le Nil

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Je pense, donc je foot"

En savoir plus

Bleus: l'Eire, souvent des sensations fortes

© AFP/Archives / Par Adrien DE CALAN | Des joueurs de l'équipe de France à l'entraînement à Clairefontaine-en-Yvelines le 25 mai 2018

SAINT-DENIS (AFP) - 

Cette fois, ce sera un tranquille match de préparation. Mais les Bleus se sont souvent fait des sueurs froides face à l'Eire. Retour sur trois rencontres irrespirables.

France-Eire 2016 - "On allait tous passer pour des cons"

26 juin 2016, ça grogne dans le vestiaire français à la mi-temps de ce match contre l'Eire, en 8e de finale de l'Euro-2016. "On s'est tous dit les choses, en fait. En gros qu'il fallait se +bouger le cul+, qu'on montre qui on était. Si on en restait là, avec ce résultat, on allait tous passer pour des cons", expliquera Antoine Griezmann 24 heures après la rencontre.

C'est que les Irlandais mènent 1-0 à la pause, sur un penalty de Robbie Brady, dans ce premier match à élimination directe pour les Bleus, très attendus pour leur Euro à domicile.

C'est finalement Griezmann qui sauve la patrie de la tête (57e) puis sur un tir de près (61e). "Si on a eu peur? Sincèrement, oui", reconnaît Adil Rami.

France-Eire 2009 - La main de Thierry Henry

L'affaire provoque un scandale international. Le 18 novembre 2009, la France arrache sa place à la Coupe du monde 2010 grâce à une main de Thierry Henry.

En marquant au début de ce barrage retour, les Irlandais ont poussé les Bleus dans une prolongation pleine de tension. Florent Malouda frappe un coup franc lointain dans la surface. Un ballon fuyant qu'Henry contrôle par deux touches de la main gauche, avant de le passer du pied droit à William Gallas qui n'a plus qu'à marquer.

Le nul 1-1 a.p. envoie les Bleus en Afrique du Sud, alors que les Irlandais regarderont le Mondial à la télévision. "Rejouer le match serait la solution la plus équitable, mais ce n'est pas de mon ressort", lance Henry deux jours après le match si controversé.

Le Premier ministre irlandais de l'époque, Brian Cowen, réclame que la partie soit rejouée. En vain... Cinq ans plus tard, la Fifa reconnaîtra avoir payé la Fédération irlandaise pour qu'elle renonce à des poursuites judiciaires.

Eire-France 2005 - Les "vieux" à la rescousse

La France a peur. Les Bleus sont en fâcheuse posture pour décrocher leur billet pour le Mondial-2006. Au mois d'aout 2005, Zinédine Zidane sort de sa retraite internationale "pour aider l'équipe de France". Claude Makelele et Lilian Thuram en font autant dans la foulée.

La rencontre contre l'Eire, le 7 septembre 2005, est cruciale. Les Bleus ne trouvent pas de solutions face à une équipe irlandaise solide, et même dangereuse. Heureusement pour les Français, Grégory Coupet est vigilant dans ses cages et Makelele intenable au milieu de terrain.

C'est finalement Henry qui libère les Bleus d'une superbe frappe enroulée du droit, qui lobe le gardien Shay Given.

La victoire est précieuse, et c'est aussi le premier succès des Bleus en terres irlandaises depuis 52 ans.

Par Adrien DE CALAN

© 2018 AFP