Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : l'eau coule à nouveau des robinets à Bouaké

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Élections anticipées en Turquie : Erdogan est-il toujours l'homme fort du pays ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Devenir Français, mode d'emploi

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

À la découverte du sanctuaire Pélagos en Méditerranée

En savoir plus

TECH 24

Handigamer : le jeu vidéo pour tous

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidence Macron : l'avalanche de réformes

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Métamorphoses du monde : le multilatéralisme menacé

En savoir plus

FOCUS

Footballers binationaux : le choix du drapeau

En savoir plus

#ActuElles

Roxanne Varza : "C’est le moment pour les femmes de s’investir dans le numérique"

En savoir plus

Hong Kong: marche avant la commémoration du massacre de Tiananmen

© AFP | Environ 1.100 personnes ont participé dimanche 27 mai à Hong Kong à une marche pour commémorer le massacre de Tiananmen.

HONG KONG (AFP) - 

Des centaines de personnes ont manifesté dimanche à Hong Kong avant la commémoration du massacre de la place Tiananmen à Pékin, il y a 29 ans, réclamant la libération de Liu Xia, veuve du prix Nobel Liu Xiaobo.

Le territoire semi-autonome de Hong Kong est le seul endroit de Chine où cette commémoration est ouvertement marquée, avec chaque année une veillée le 4 juin dans Victoria Park précédée d'une marche.

La participation à ces manifestations recule toutefois depuis quelques années. Beaucoup de jeunes sont frustrés du manque de réformes politiques à Hong Kong et voudraient mettre ce combat en avant plutôt que celui pour la démocratisation en Chine continentale.

Environ 1.100 personnes ont participé à la marche de dimanche, selon Albert Ho, président de l'Alliance pour le soutien des mouvements patriotiques et démocratiques en Chine qui l'avait organisée.

Les manifestants, qui répondaient à l'appel d'un groupe de militants pro-démocratie, ont défilé depuis le quartier d'affaires de Wan Chai jusqu'au bureau de liaison chinois.

Ils réclamaient justice pour les victimes de Tiananmen et la fin du système du parti unique, avec des banderoles proclamant: "portez le deuil du 4 juin, résistez à l'autoritarisme".

Ils ont également demandé que le gouvernement chinois libère la poétesse Liu Xia, placée de facto en résidence surveillée depuis plus de huit ans sans avoir jamais fait l'objet d'une condamnation.

Mme Liu, 57 ans, est sous très étroite surveillance du régime communiste depuis que son époux a obtenu le prix Nobel de la paix 2010, avant de mourir en détention d'un cancer l'an dernier. Liu Xiaobo avait été condamné en 2009 à onze ans de prison pour "subversion" pour avoir cosigné un appel en faveur de la démocratie en Chine.

Le camp pro-démocratie à Hong Kong s'inquiète du durcissement de ton de Pékin contre toute forme de contestation de sa souveraineté sur l'ancienne colonie britannique. En 2016, la Chine avait obtenu la disqualification de six députés et le camp pro-démocratie n'est pas parvenu en mars à récupérer tous ses sièges lors de législatives partielles où des candidatures de militants avaient été interdites.

L'écrasement par l'armée chinoise des manifestations pour la démocratie dans la nuit du 3 au 4 juin 1989 à Pékin a fait un bilan évalué généralement entre plusieurs centaines et plus d'un millier de morts. Fin 2017, une archive britannique rendue publique a fait état d'une estimation d'au moins 10.000 morts dans un télégramme secret de l'ambassadeur britannique de l'époque Alan Donald.

© 2018 AFP