Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

Talons hauts et drapeaux arc-en-ciel à la première "drag parade" sud-coréenne

© AFP | La "Seoul Drag Parade", le 26 mai 2018 dans le quartier d'Itaewon

SÉOUL (AFP) - 

La Corée du Sud a accueilli ce week-end la première "parade drag queen" de son histoire, une victoire pour les militants de l'égalité dans un pays connu pour son conservatisme sur les questions de genre et de sexualité.

Des dizaines de "drag queens" et de "drag kings" ont défilé samedi dans les rues d'Itaewon, une banlieue de Séoul connue pour sa vie nocturne et ses lieux gays.

Vêtus de costumes colorés, parfois perchés sur des talons hauts, agitant des drapeaux arc-en-ciel, ils ont suscité l'étonnement des badauds, parfois leurs encouragements.

L'homosexualité n'est pas illégale en Corée du Sud. Mais beaucoup de gays, lesbiennes et transsexuels sud-coréens se gardent bien de s'afficher en public, par crainte de la discrimination.

En marge de la dernière gay pride de Séoul, en juillet 2017, la police avait dû surveiller des milliers de contre-manifestants demandant que les homosexuels se repentent de leurs péchés.

Même le nouveau président Moon Jae-In, un ex-avocat spécialisé dans la défense des droits de l'homme et issu du centre-gauche, avait suscité un tollé avant son élection l'année dernière pour avoir dit que l'homosexualité ne lui plaisait pas.

"En Corée du Sud, les garanties en matières de droits de l'homme accordées aux minorités sexuelles sont insuffisantes", déplore auprès de l'AFP Yang Heezy, organisateur de la "Seoul Drag Parade".

"Cette parade et d'autres manifestations de la culture queer doivent être organisées pour que l'attention se porte sur les minorités sexuelles et aider ceux qui n'appartiennent pas à ces minorités à en apprendre davantage", ajoute-t-il.

Un des participants, dont le nom de drag queen est Lola Bank, témoigne d'une forme d'euphorie dans la foule.

"Le fait de pouvoir se montrer en public en drag queen est un énorme moment dans l'histoire de l'acceptation des queers en Corée", affirme Lola, en tirant sur sa cigarette.

"J'ai toujours eu des difficultés avec ma masculinité et ma féminité. M'habiller en drag queen est une façon de dire +va te faire foutre+ à la société, à la façon dont elle attend que je me comporte en tant qu'homme."

© 2018 AFP