Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

FRANCE

Un Malien sans papiers qui a sauvé un enfant à Paris reçu par Macron

© Capture d'écran | Un jeun Malien sans papiers a secouru, samedi 26 mai, un enfant suspendu à un balcon à Paris.

Vidéo par FRANCE 2

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/05/2018

Un jeune Malien sans papiers qui a escaladé un immeuble parisien pour sauver un enfant suspendu dans le vide sera reçu lundi matin à l'Élysée par Emmanuel Macron, a annoncé dimanche soir l'entourage du président de la République.

Mamoudou Gassama, un jeune Malien sans papiers, est devenu, dimanche 27 mai, un "héros", 24 heures après avoir sauvé un enfant suspendu dans le vide, dans le 18e arrondissement de Paris. Le jeune homme de 22 ans sera reçu lundi matin à 9 h 50 à l'Élysée par Emmanuel Macron, a annoncé dimanche soir à l'AFP l'entourage du président de la République.

Le geste de Mamoudou Gassama, désormais surnommé "Spiderman", a été très largement salué sur Twitter et sur les réseaux sociaux. Une pétition en ligne a commencé à circuler dimanche soir pour demander qu’il obtienne des papiers.

"Un grand bravo à Mamoudou Gassama pour son acte de bravoure", a tweeté la maire de Paris, Anne Hidalgo, qui s'est entretenue avec lui au téléphone "afin de le remercier chaleureusement". "Il m'a expliqué être arrivé du Mali il y a quelques mois en rêvant de construire sa vie ici. Je lui ai répondu que son geste héroïque est un exemple pour tous les citoyens et que la Ville de Paris aura évidemment à cœur de le soutenir dans ses démarches pour s'établir en France", a-t-elle ajouté.

Une scène spectaculaire

Le jeune homme a escaladé la façade d'un immeuble parisien samedi soir pour sauver un enfant suspendu à un balcon au 4e étage. La scène, spectaculaire, a été filmée par des passants ébahis qui s'étaient regroupés en bas de l'immeuble. On y voit l'homme escalader à mains nues et en 30 secondes environ quatre balcons de la façade de l'immeuble, pour récupérer l'enfant qui se tenait suspendu par une main, dans le vide, à l'extérieur du balcon, et le mettre en sécurité.

Retrouvé par des médias 24 h après son geste, le "héros" a alors raconté : "J'ai vu beaucoup de monde en train de crier, et des voitures qui klaxonnaient. Je suis sorti, j'ai couru pour regarder les solutions pour le sauver. J'ai réussi à attraper le balcon, je suis monté comme ça et, Dieu merci, je l'ai sauvé".

"J'ai eu peur quand j'ai sauvé l'enfant et puis on est allé dans le salon, je me suis mis à trembler, je n'arrivais plus à tenir sur mes pieds, j'ai dû m'asseoir", a-t-il ajouté, ému.

Selon les premiers éléments de l'enquête, l'enfant s'est retrouvé seul sur le balcon en l'absence des parents à leur domicile. Le père de l'enfant, né en 1981 et sans antécédent judiciaire, a été placé en garde à vue pour "soustraction d'un parent à ses obligations légales", a-t-on appris de source judiciaire.

Il devait être déféré au tribunal de Paris dimanche dans la soirée en vue de poursuites judiciaires. Le délit de "soustraction d'un parent à ses obligations légales" est puni de 2 ans de prison et de 30 000 euros d'amende. L'enfant a quant à lui été placé dans une structure d'accueil sur décision du parquet, a ajouté cette source, qui précise que la mère de l'enfant n'était pas à Paris au moment des faits.

Avec AFP

Première publication : 28/05/2018

COMMENTAIRE(S)