Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

Amériques

Taxes américaines sur l'acier et l'aluminium : pour Macron, "le nationalisme économique, c'est la guerre"

© Philippe Wojazer, AFP | Le président français Emmanuel Macron, le 28 mai 2018, à l'Élysée.

Vidéo par Sérine BEY , Natacha MILLERET

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/06/2018

Emmanuel Macron s'est entretenu par téléphone avec Donald Trump sur les taxes américaines sur l'acier et l’aluminium. Il lui a signiié que l'UE riposterait "de manière ferme et proportionnée", et ajouté "le nationalisme économique, c'est la guerre".

L'Europe contre-attaque. Emmanuel Macron a dit à Donald Trump, jeudi 31 mai dans la soirée, au cours d'un entretien téléphonique, que sa décision d'imposer des taxes sur l'importation d'acier et d'aluminium de l'Union européenne était "illégale" et "une erreur" et que l'UE riposterait "de manière ferme et proportionnée", a indiqué l'Élysée. "Le nationalisme économique, c'est la guerre", avait auparavant fustigé le chef de l'État français, reprenant une citation du général de Gaulle.

La riposte de l'UE avait été annoncée plus tôt dans la journée par le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. "C'est un mauvais jour pour le commerce. L'Union européenne ne peut pas rester sans réagir. Ce qu'ils (les États-Unis) peuvent faire, nous sommes capables de faire exactement la même chose", a ainsi averti Jean-Claude Juncker lors d'une conférence à Bruxelles.

>> À lire : Washington impose des taxes sur l'acier et l'aluminium de l'Union européenne

"Les États-Unis viennent de déclarer une guerre commerciale aux Européens"

"Les États-Unis ne nous laissent pas d'autres choix que de porter ce conflit devant l'OMC et d'imposer des droits de douane supplémentaires à un nombre de produits en provenance des États-Unis", a-t-il expliqué, cité dans un communiqué.

Cette procédure devant l'Organisation mondiale du Commerce (OMC), qui peut durer des années, devrait être lancée le vendredi 1er juin, précise le communiqué de la Commission.

Liste de produits à taxer

Dès la fin avril, au moment de la montée en puissance du conflit commercial, l'UE avait préparé une liste de produits américains, dont le tabac, le bourbon, les jeans ou les motos, qu'elle avait l'intention de taxer lourdement si elle était frappée par les droits de douane.

Cette liste d'articles emblématiques établie par la Commission européenne cible, dans certains cas, des États américains, souvent agricoles, ayant voté pour Donald Trump en 2016.

Ces taxes ou contre-mesures sur les produits de cette liste portent sur un total de 2,8 milliards d'euros qui ne couvrent pas la totalité des dommages infligés à l'industrie européenne, mais permettent à l'UE d'être dans le cadre de l'OMC.

Elles peuvent entrer en application dès le 20 juin car tout est réglé du côté de l'Organisation mondiale du commerce. Mais il faudra encore un débat entre États membres, pour une dernière validation, pour que ce soit le cas.

Les produits concernés sont fabriqués sur le territoire américain et non pas vendus par les marques américaines – qui sont eux susceptibles d'être fabriqués partout dans le monde.

Ces produits sont listés selon une nomenclature douanière très précise, qui ne donne aucun nom de marque ou d'entreprise, même si le président de la Commission Jean-Claude Juncker a lui-même cité début mars Harley-Davidson et Levi's.

Acier, cacahuètes et motos

L’acier américain est particulièrement concerné, comme certains aciers laminés, les barres en acier inoxydables, les tubes sans soudure, les fils en acier, des portes, des fenêtres, des outils et des couverts, etc.

Au plan de l’agriculture et de l’alimentation, les haricots, le maïs et le riz (transformés ou non), les airelles, le jus d'orange, le beurre de cacahuètes, le bourbon, les cigares, les cigarettes, le tabac pour pipes, à rouler, à chiquer ou à priser, sont également sur la liste.

Celle-ci évoque également des T-shirts et maillots de corps en coton, laine ou matière synthétique, des pantalons "denims" (c'est-à-dire les jeans) ou en coton, des shorts, le linge de lit en coton et certaines chaussures en cuir, ainsi que certains produits de beauté.

Enfin,  les motos d'une cylindrée supérieure à 500 cm3, les bateaux à voile, de plaisance ou de sport, avec ou sans moteur, les bateaux à rames et les canoës, seront également concernés.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 01/06/2018

  • ÉTATS-UNIS

    La Chine annonce avoir trouvé un accord commercial avec les États-Unis

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Taxes américaines sur l'acier : l'UE, le Canada et le Mexique resteront exemptés jusqu'au 1er juin

    En savoir plus

  • COMMERCE

    Tarifs douaniers : la Chine réplique en taxant 128 produits américains

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)