Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Stoltenberg : "Le sommet de l'OTAN sera la démonstration d'une alliance transatlantique forte"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Khaled Diab : le vrai du faux de l'Islam

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Shell et Eni jugés pour corruption au Nigeria

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Erdogan va-t-il desserrer son étau?"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Plus de 68 millions de personnes chassées de chez elles à-travers le monde, en 2017"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron recadre un édutiant qui l'appelle "Manu"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Inondations en Côte d'Ivoire, au moins 18 morts à Abidjan

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : l'Europe à l'épreuve

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Marine Le Pen : "Jean-Marie Le Pen va mieux"

En savoir plus

Economie

L’Élysée veut vendre des produits dérivés pour financer sa rénovation

© Élysée | Outre ce mug, l'Élysée a suggéré d'autres types de produits dérivés de sa nouvelle marque "Elysée-Présidence de la République" tels que des sacs.

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 07/06/2018

Le palais présidentiel a déposé la marque "Élysée-Présidence de la République" afin de pouvoir vendre des produits dérivés dès septembre. Le but : contribuer à la rénovation de ses murs, dont le coût est évalué à plus de 100 millions d’euros.

Élysée, marque déposée. Le directeur de cabinet du palais présidentiel, Patrick Strzoda, a soumis l’appellation “Élysée-Présidence de la République” à l’Institut national de la propriété intellectuelle (INPI), a appris la lettre d’information Lettre A, mardi 5 juin.

Cette nouvelle marque doit permettre à la résidence présidentielle de vendre des produits dérivés qui permettront de “participer au financement de la rénovation de ses locaux”. Des mugs, des cravates et autres goodies à la rescousse des ors de la République ?

L’Élysée, qui a confirmé l’information de la lettre A, n’a pas voulu entrer dans le détail du type de produits qui seront mis en vente. Dans le cahier des charges du projet, la présidence suggère différents types de "goodies", comme le mug et le "tote bag" (sac en toile). Il faudra en vendre beaucoup car la loi de finances 2018 évalue les travaux de rénovation nécessaire à plus 100 millions d’euros.

Ce ne sera pas la première fois que la présidence de la république proposera des produits dérivés. Lors des journées du patrimoine, les visiteurs pouvaient se délester de quelques euros pour acquérir des stylos ou des briquets à l'effigie de l’Élysée mais il s’agissait d’un événement ponctuel.

Les Français de 7 à 77 ans

Le projet d’Emmanuel Macron est d’inscrire la démarche dans la durée. L’appel d’offre, publié le 3 juin, précise que la marque “Élysée-Présidence de la République” devra exister à travers des réseaux déjà existants (institutions culturelles, boutiques souvenirs, etc.), de magasins éphémères lors d’événements particuliers et d’un magasin en ligne.

Le cahier des charges précise qu’une seule et même entreprise s'occupera de la stratégie de déploiement de la marque, de la production des goodies (qui devront être “made in France”) et de leur distribution.

Le mug qui sera ensuite proposé à l’achat ne sera pas non plus n’importe quel mug. Il devra “porter les valeurs qui sont celles de la France : égalité, fraternité et égalité”, tout en suscitant “un sentiment de fierté, d’appartenance au pays ou l’envie d’en faire partie”.

L’Élysée vise large. La présidence veut partir à la conquête de publics “précis” : les Français de 7 à 77 ans tout comme les amoureux de la France à l'international.

L’entreprise chargée de développer cette nouvelle marque devra se mettre rapidement au travail. L’appel d’offres prend fin début juillet, et l’Élysée s’attend à un lancement dès les journées du patrimoine les 15 et 16 septembre 2018. Le cahier des charges précise aussi que la présidence de la République attend beaucoup des ventes de Noël. Quoi de mieux, en effet, qu’un “tote bag” aux initiales de la République française sous le sapin ?

Première publication : 07/06/2018

  • FRANCE

    Des perquisitions menées à Bercy dans l'enquête sur Alexis Kohler, secrétaire général de l’Élysée

    En savoir plus

  • FRANCE

    Ce qu’il faut savoir sur l’enquête visant Alexis Kohler, secrétaire général de l’Élysée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)