Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : l'eau coule à nouveau des robinets à Bouaké

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Élections anticipées en Turquie : Erdogan est-il toujours l'homme fort du pays ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Devenir Français, mode d'emploi

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

À la découverte du sanctuaire Pélagos en Méditerranée

En savoir plus

TECH 24

Handigamer : le jeu vidéo pour tous

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidence Macron : l'avalanche de réformes

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Métamorphoses du monde : le multilatéralisme menacé

En savoir plus

FOCUS

Footballers binationaux : le choix du drapeau

En savoir plus

#ActuElles

Roxanne Varza : "C’est le moment pour les femmes de s’investir dans le numérique"

En savoir plus

FRANCE

La loi sur l'interdiction des portables à l'école et au collège adoptée

© iStock | La loi interdit l'utilisation des portables à l'école ou au collège sauf autorisation explicite dans le règlement de l'établissement

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 07/06/2018

L'Assemblée nationale a adopté une loi qui interdit l'usage du téléphone portable à l'école et au collège. Pour l'opposition, ce texte ne sert à rien. Leur principal grief : l'interdiction existait déjà.

C'est une loi qui ne change qu'une phrase dans le code de l'éducation, mais pourrait affecter en profondeur le quotidien des écoliers et des collégiens dès la rentrée 2019.

L'Assemblée nationale a adopté, jeudi 7 juin, une proposition de loi qui interdit par défaut l'usage des portables dans les écoles et les collèges. Le nouvel article 511-5 stipule que le smartphone devient appareil non-grata "à l'exception des lieux où, dans les conditions qu'il précise, le règlement intérieur l'autorise expressément".

Cette réforme vise à traduire en texte une promesse de campagne d'Emmanuel Macron. Peu après son adoption, le ministre de l'Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a salué "une loi du XXIe siècle" qui envoie "un signal à la société française sur cet enjeu de société", en prévoyant une "interdiction effective" des portables.

De l'exception à la règle

Cette nouvelle interdiction a pour but de lutter contre "les mauvais usages" des portables, tels que cyber-harcèlement, consultation de sites pornographiques, addiction aux écrans.

Mais les opposants ont dénoncé un texte qui ne servirait à rien. Ce serait une "tartufferie", a assuré le député Les Républicains Patrick Hetzel, ancien directeur de l'enseignement supérieur auprès de Valérie Pécresse, tandis que les communistes ont jugé le texte "absurde".

Leur principal grief : l'interdiction existait déjà. En effet, l'ancienne mouture de l'article 511-5 permettait aux directeurs d'établissement de bannir les portables de l'enceinte de l'école.

Les défenseurs de la réforme assurent qu'il existe pourtant une différence notable : l'interdiction, qui était auparavant l'exception à la règle, devient la norme. "Certains essayent de nous dire que cette loi est inutile", a répliqué Jean-Michel Blanquer, mais "allez sur une plage où il est interdit de se baigner sauf quand c'est autorisé, ou une plage où il est autorisé de se baigner sauf quand c'est interdit. Vous verrez que vous ne vous baignerez pas avec la même fréquence", a-t-il affirmé.

Mais cette réforme n'aborde pas le problème de la sanction. En effet, les directeurs de collège ont pris l'habitude de confisquer les téléphones portables. Pourtant, cette sanction "est illégale car elle ne fait pas partie des mesures prévues dans le code de l'Éducation", assure au Parisien, Valérie Piau, avocate et spécialiste en droit de l'éducation. Une telle sanction peut, en effet, être considérée comme une atteinte au droit de propriété. 

Avec AFP

Première publication : 07/06/2018

  • FRANCE

    France : Macron rend l'école obligatoire à partir de 3 ans dès la rentrée 2019

    En savoir plus

  • FRANCE

    Lutte contre la radicalisation : une mère de "convertie" retourne à l'école

    En savoir plus

  • ÉDUCATION

    Redoublement : le message très politique du ministre de l’Éducation

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)