Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

Moyen-Orient

Syrie : les FDS prêtes à des discussions sans condition avec Bachar al-Assad

© Mohamad Abazeed, AFP | Les rebelles contrôlent plusieurs territoires dans le nord-est de la Syrie.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/06/2018

Les forces démocratiques syriennes, alliance arabo-kurde qui contrôle de facto de larges pans de territoire dans le nord-est de la Syrie, ont annoncé dimanche être prêtes à des pourparlers sans conditions préalables avec le régime de Damas.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS) sont prêtes à parler avec le régime de Damas. Le Conseil démocratique syrien, émanation politique de cette alliance des forces arabo-kurdes contrôlant une partie du nord-est de la Syrie a proposé dimanche 10 juin l'ouverture de pourparlers avec le gouvernement de Bachar al-Assad sans poser de conditions préalables.

La plupart des territoires contrôlés par les FDS sont gérés par une administration autonome kurde et échappent à l'autorité du régime du président Bachar al-Assad. Dans un communiqué, le Conseil démocratique syrien a affirmé être prêt à résoudre le conflit syrien par le dialogue et "n'hésitera pas à donner son accord à des pourparlers sans conditions".

Un responsable de cet organe, Hekmat Habib, a indiqué à l'AFP que le Conseil et les FDS étaient "sérieux" dans leur volonté "d'ouvrir la porte au dialogue" avec le gouvernement.

"Les FDS, qui contrôlent 30 % du territoire syrien, et le régime (qui en contrôle plus de la moitié, NDLR), sont les deux seules forces qui peuvent s'asseoir à la table des négociations et élaborer une solution à la crise syrienne", a-t-il dit.

Un rapprochement progressif

Ces déclarations s'inscrivent dans le contexte d'une tentative de rapprochement entre les autorités kurdes et le régime dans le but d'éviter un affrontement armé dans le nord de la Syrie. Le mois dernier, Bachar-al-Assad avait averti les Kurdes qu'il pourrait utiliser la force contre eux s'il ne parvenait pas à reprendre par la négociation les territoires qu'ils contrôlent. Peu après, une délégation de l'opposition syrienne tolérée par le régime avait effectué une rare visite à Qamichli, principalement contrôlé par des forces kurdes affiliées aux FDS.

Selon un responsable kurde syrien, cette délégation a tenté de jouer un rôle de médiateur entre les autorités autonomes kurdes et le régime.

Côté gouvernemental, le ministre des Affaires étrangères Walid Mouallem a expliqué que Damas parlait de façon informelle avec les Kurdes mais qu'aucune négociation n'avait été entamée.

Les Kurdes syriens n'ont encore jamais été invités à prendre part aux pourparlers de paix sur la Syrie encadrés par l'ONU.

Les FDS ont conquis l'essentiel des territoires qu'elles contrôlent lors de leurs opérations contre l'EI, avec le soutien de la coalition internationale antijihadistes dirigée par Washington qui y a notamment déployé des forces

Avec AFP

Première publication : 10/06/2018

  • LIBAN

    Réfugiés syriens : le Liban bloque les demandes de permis de séjour du HCR

    En savoir plus

  • SYRIE

    Syrie : les Kurdes du YPG vont quitter la ville clé de Manbij, après un accord américano-turc

    En savoir plus

  • SYRIE

    Amnesty International dénonce "la guerre d'anéantissement" de la coalition à Raqqa

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)