Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

SPORT

Mondial-2018 : ils sont arrivés, la fête va bientôt commencer

© AFP | Le Brésilien Neymar, l'Égyptien Mohamed Salah et le Français Paul Pogba.

Vidéo par Axel MAY

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 11/06/2018

À J-3 du début du tournoi, les joueurs de 32 sélections qualifiées pour le Mondial-2018 sont arrivés en Russie, où ils prennent progressivement possession de leurs camps de base. Le coup d'envoi sera donné jeudi avec le match Russie-Arabie saoudite.

Photos de groupe dans l’avion, selfies sur le tarmac ou dans les chambres du camp de base… À trois jours du coup d'envoi de la 21e Coupe du monde de football, les joueurs mettent en scène leur arrivée en Russie.

En attendant le coup d’envoi de la compétition, jeudi 14 juin, avec le match Russie-Arabie saoudite, à Moscou, dans un stade Loujniki rénové, les joueurs doivent maintenant s’acclimater. Car, oui, les équipes qui atterrissent à Moscou font face à des températures peu engageantes.

Dimanche, l’équipe de France a rejoint son camp de base dans les environs de la capitale russe, à Istra, où le thermomètre affichait un petit 13°C. Quant au Portugal de Cristiano Ronaldo, il a posé les pieds samedi sur le sol russe sous une pluie légère.

Ce n'est pas le cas partout. Dans la région de Sotchi (sud-ouest), où aura lieu, vendredi, le premier grand choc du Mondial, Portugal-Espagne, les températures sont plus estivales et le Brésil, qui a atterri dans la nuit de dimanche à lundi, ne sera pas dépaysé.

Sa star Neymar compte y peaufiner une forme ascendante, ponctuée dimanche contre l'Autriche (3-0) d'une première titularisation depuis sa blessure à un pied en février, et d'un deuxième but en deux matches, tout aussi splendide que celui marqué contre la Croatie (2-0).

Non loin de Sotchi, à Krasnodar, les Espagnols ont, eux, bouclé leur préparation sur un succès laborieux (1-0) contre la Tunisie, avec un but de Iago Aspas samedi soir. Le match ne fut pas génial mais comme l'a dit le buteur : "Si on gagne contre le Portugal [vendredi], on n'accordera plus d'importance aux amicaux qu'on a joués avant".

L’interrogation Salah

Vendredi, avant le Portugal-Espagne, il y aura un Égypte-Uruguay très attendu. Luis Suarez et Edinson Cavani seront sur la pelouse côté uruguayen. Mais quid de Mohamed Salah, blessé à la clavicule gauche lors de la finale de la Ligue des champions perdue avec Liverpool le 26 mai.

Dans une déclaration télévisée samedi soir, le médecin des Égyptiens, Mohamed Abou al-Ala, a affirmé que la décision sur une participation de Salah au premier match serait prise dans les deux prochains jours : "On ne le fera pas jouer à moins d'un rétablissement total". L'attaquant-star, cravate de satin et baskets blanches, a en tout cas fait crépiter les flashes des photographes à sa sortie de l'aéroport de Grozny, camp de base des Égyptiens.

Neymar, Ronaldo, Suarez sont des habitués des Coupes du monde... D'autres la découvrent. Était-ce l'émotion d'une première Coupe du monde dans l'histoire de ce pays ? Heimir Hallgrimsson, coach de l'Islande, a laissé sa valise dans un bus en direction du nord de l'île, et non dans celui de son équipe, ce qui a retardé le départ de 30 minutes de l'avion des "Vikings"...

"C'était bien pour les gars, ils ont pu se moquer de moi", en a souri Hallgrimsson auprès de l'AFP dimanche, depuis le camp de base islandais de Gelendzhik, au bord de la mer Noire. "J'espère que ça sera ma seule erreur du tournoi."

Avec AFP

Première publication : 11/06/2018

COMMENTAIRE(S)