Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

EUROPE

Aquarius : les migrants vont rejoindre l'Espagne à bord de navires italiens

© Louisa Gouliamaki, AFP | L'Aquarius, bateau humanitaire de SOS Méditerranée au large de la Silice, en mai 2018.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/06/2018

Les 629 migrants secourus en Méditerranée par le navire Aquarius vont pouvoir débarquer en Espagne grâce à des navires italiens. De leur côté, les dirigeants nationalistes corses ont proposé mardi d'accueillir le navire humanitaire.

Bloqués au large depuis ce week-end à la suite d'un bras de fer entre l'Italie et Malte, les 629 migrants secourus en Méditerranée par le navire Aquarius pourront débarquer en Espagne, a annoncé, mardi 12 juin, SOS Méditerranée, l’ONG française qui affrète le navire.

"Des vivres seront livrés sous peu à l'Aquarius par un navire italien", a précisé l'organisation sur Twitter. Le centre de commandement des secours de Rome "planifie de transborder les rescapés [...] après quoi nous mettrons le cap ensemble sur Valence", a-t-elle ajouté.

Lundi, Malte et l'Italie ont tous deux décidé de fermer leurs ports à l’Aquarius. L'Espagne a proposé de l’accueillir mais l'ONG française avait expliqué que les conditions de sécurité n'étaient pas réunies pour ce nouveau voyage.

L’invitation lancée par les nationalistes corses

Plus tôt dans la journée de mardi, le président du Conseil exécutif de Corse Gilles Simeoni avait proposé d'accueillir sur l'île les passagers de l’Aquarius. "Manque de vivres, mauvaises conditions météo, et port espagnol trop éloigné : face à l'urgence, le conseil exécutif de Corse propose à @SOSMedFrance d'accueillir l'#Aquarius dans un port #corse", a tweeté l'élu nationaliste.

De son côté, le président nationaliste de l'Assemblée de Corse Jean-Guy Talamoni a réagi : "#Aquarius : l'Europe doit traiter de façon solidaire la question humanitaire. Compte tenu de la localisation du navire et de l'urgence, mon avis est qu'il serait naturel d'ouvrir un port corse pour porter secours à ces personnes en détresse".

Ciotti demande un retour du navire vers les côtes libyennes

C'est un tout autre discours qu'a tenu le député LR des Alpes-Maritimes, Éric Ciotti. Ce dernier s'est élevé vigoureusement contre l'idée que l'Aquarius puisse être accueilli en Corse, appelant les autorités françaises à "une grande fermeté là-dessus".

"Aucun port français, ni Corse, ni Nice, ni Marseille", a tranché Eric Ciotti sur CNews. "L'Aquarius, il a une destination toute trouvée, il faut qu'il retourne vers les côtes libyennes".

"On veut que Nice devienne Lampedusa ?", a-t-il lancé. "Aujourd'hui, l'Europe doit dire très clairement 'les bateaux retournent vers le point de départ des migrants'. [...] Si on a cette fermeté, les flux vont s'interrompre de façon très, très forte et très rapidement" a-t-il développé.

Avec AFP

Première publication : 12/06/2018

  • ITALIE

    Méditerranée : le sort de 629 migrants suspendu à un bras de fer entre l'Italie et Malte

    En savoir plus

  • ITALIE

    Italie : le gouvernement Conte prend officiellement ses fonctions

    En savoir plus

  • ITALIE

    Italie : devant le Sénat, Giuseppe Conte revendique une politique "populiste"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)