Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

EUROPE

Migrants : l'Aquarius, un navire humanitaire pris dans la tempête européenne

© Louise Gouliamaki, AFP | L'Aquarius, ici en mai 2018, a secouru en deux ans près de 30 000 migrants au large de la Libye.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/06/2018

La bateau affrété par SOS Méditerranée qui a secouru près de 30 000 migrants depuis 2016 doit faire face au durcissement des politiques migratoires européennes. Malgré tout, l'ONG entend rester fidèle à sa "promesse, celle de sauver des gens".

Avec le refus de l'Italie et de Malte de le laisser accoster, l'Aquarius, "ambulance des mers" destinée à sauver les migrants, a vu ses craintes se concrétiser.

Affrété par l'ONG SOS Méditerranée, le navire a secouru en deux ans près de 30 000 migrants au large de la Libye. Financée par des dons privés et regardée par les responsables européens d'un œil au mieux indifférent, au pire hostile, SOS Méditerranée est frappée par le durcissement des politiques migratoires en Europe.

>> Lire le grand format : Ainsi sauvait l'Aquarius

Pour la première fois depuis son départ de Marseille en février 2016, le patrouilleur à coque orange vif s'est vu interdire, le 10 juin, de débarquer en Italie, contré par le nouveau gouvernement auquel participe la Ligue (extrême droite). Les 629 migrants à bord devront faire 1 500 km de plus pour rejoindre Valence en Espagne.

Pour autant, l'ONG n'entend pas renoncer à ses sauvetages, qu'elle mène "en application du droit maritime international" et en vertu du "devoir d'assistance" aux personnes en péril. "Il faut absolument que les États européens discutent entre eux pour trouver des solutions acceptables", souligne sa directrice générale, Sophie Beau.

Les frictions avec les autorités ne sont pas une nouveauté : à l'instar d'autres ONG qui ont affrété de plus petites embarcations de secours, SeaWatch, Seafuchs ou encore Open Arms, SOS Méditerranée affirme être de plus en plus entravée dans ses opérations.

La situation a commencé à se tendre en 2017, quand les garde-côtes libyens, formés par l'UE, ont repoussé les ONG plus au large de leurs côtes.

L'Aquarius peut accueillir en théorie 500 personnes. Un chiffre que les circonstances amènent régulièrement à dépasser. Depuis le début 2018, 2 350 personnes ont été secourues par l'ONG, trois fois moins qu'un an plus tôt, en raison également de la météo.

"Les sauvetages sont de plus en plus compliqués, de plus en plus ralentis, avec beaucoup de confusion", témoigne Nick Romaniuk, qui les coordonne. "Chaque interaction avec les Libyens est très tendue", dit-il.

L'entrée en fonction du gouvernement italien avait été anticipée, le patron de la Ligue, et désormais ministre de l'Intérieur, Matteo Salvini, ayant promis qu'il ferait tout pour empêcher les débarquements.

"Ces gens ne partent pas en quête d'un eldorado, ils fuient un enfer"

"Nous avons une ligne rouge : nous sommes une organisation citoyenne qui respectons l'autorité, sauf si un jour on nous demande de ramener les réfugiés dans l'enfer libyen", affirmait vendredi, avant la crise, le président de l'association, Francis Vallat.

Malgré tout, l'association entend rester fidèle à sa "promesse, celle de sauver des gens", énoncée par son fondateur, Klaus Vogel, un marin allemand au long cours, qui a su réunir une équipe en Allemagne, en France et en Italie. Aujourd'hui 140 sauveteurs de 18 nationalités se relaient à bord.

"Ce qui est fou, c'est de ne rien faire" face à la détresse des migrants en mer, affirmait en 2015 Klaus Vogel à l'AFP, sur le Vieux-Port de Marseille, alors que l'initiative n'existait encore que sur le papier.

À l'époque, l'ONG entendait pallier l'abandon de l'opération Mare Nostrum de la marine italienne. Mais au fil des années et des sauvetages, les humanitaires sont pointés du doigt par des responsables européens, dont certains les accusent d'avoir créé un "appel d'air", voire d'être "complices" des passeurs.

"Ces gens ne partent pas en quête d'un eldorado, ils fuient un enfer" en Libye, où ils sont battus, violés ou privés de nourriture, rétorque Francis Vallat, pour qui la Méditerranée est devenue "un charnier de corps sans sépultures".

Avec AFP

Première publication : 12/06/2018

  • FRANCE

    Aquarius : Macron finit par dénoncer l'attitude "irresponsable" de l'Italie

    En savoir plus

  • ITALIE

    Refoulement de l’Aquarius : "L'Europe n'a plus les moyens de sanctionner l'Italie"

    En savoir plus

  • CRISE MIGRATOIRE

    À bord de l'Aquarius : "Si les ONG ne sont pas là, les migrants se noient"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)