Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

Babette de Rozières appelle à "sauver" France Ô

© AFP | La cheffe et animatrice de télévision guadeloupéenne Babette de Rozières dans son restaurant près de Paris le 30 janvier 2015

PARIS (AFP) - 

La cheffe et animatrice de télévision guadeloupéenne Babette de Rozières appelle dans une tribune transmise à l'AFP à "sauver" France Ô, chaîne de France Télévisions dédiée aux Outre-mer, le "cordon ombilical" entre les Français de l?Hexagone et les régions françaises ultramarines.

Alors que la ministre de la Culture Françoise Nyssen a indiqué début juin, en présentant la réforme de l'audiovisuel public, qu'il faudrait "déterminer si l'avenir est au maintien de France Ô sur le canal hertzien ou au contraire au renforcement des offres numériques des Outre-Mer Première", Babette de Rozières, par ailleurs conseillère régionale LR d'Ile-de-France se dit "totalement opposée à (la) disparition" de la chaine.

Pour elle, "France Ô, c'est historiquement la chaîne du lien entre la métropole et les Outre-mer", "qui permet aux ultramarins de faire valoir leurs cultures et la diversité de leurs sociétés au niveau national" et "en retour à France Télévisions de garantir son ouverture sur le monde".

"Supprimer France Ô, ce serait un symbole d'une incroyable violence. Ce serait comme supprimer les Outre-mer de la communauté française", estime Mme de Rozières.

Mais "si la question de la disparition de France Ô se pose, c?est parce qu?on a voulu changé l?ADN de cette chaîne", estime-t-elle. "On a cassé sa vocation d?ouverture aux autres (...), en tombant dans les pièges successifs du ghetto...ghetto de la diversité puis ghetto de l?entre-soit ultramarin".

Mais "une chaîne de ghetto ne peut naturellement pas s?ouvrir aux autres et générer l?audience suffisante pour justifier de son existence."

"On nous dit que France Ô capitalise moins de 1% de part d'audience (...) mais ne marche-t-elle plus parce qu?elle est d?outre-mer ou plus simplement et plus honteusement parce qu?elle n?intéresse pas les dirigeants actuels de France Télévisions qui confient les clés à des gens dont on ne veut plus sur d?autres chaînes et qui ne connaissent pas l?Outre-mer...", demande-t-elle.

© 2018 AFP