Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Dans les coulisses du Studio Harcourt

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Finance verte : "Ce n'est pas un problème d'argent mais de projets"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Notre maison brûle, et nous regardons ailleurs"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle malienne : la Cour constitutionnelle valide la victoire d'IBK

En savoir plus

LE DÉBAT

Crise Grecque : 8 ans après, Athènes tourne la page des plans d'aide

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taysir Batniji : "Mes cousins palestiniens exilés aux États-Unis se sentent Américains"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les Vénézuéliens face à l’hyperinflation

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La Grèce, ses blessures fermées, et celles qui restent ouvertes"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

Engie prêt "à tous les scénarios" en cas de cession des parts de l'Etat

© AFP/Archives | Engie est prêt à tous les scénarios et assure qu'une cession des parts de l'Etat n'affecterait pas sa capacité de financement

PARIS (AFP) - 

Le groupe énergétique Engie, dont l'Etat pourrait vendre ses parts, s'est dit mercredi "prêt à faire face à tous les scénarios", assurant qu'une telle opération se ferait "dans les meilleures conditions".

"Engie est prêt à faire face à tous les scénarios et, dans tous les cas, une sortie partielle ou complète de l'Etat n'aurait pas d'impact sur la capacité de financement du groupe", indique-t-il dans une déclaration.

Après plusieurs semaines d'hésitation, le gouvernement a annoncé mardi avoir donné son feu vert à des cessions d'actifs dans la Française des Jeux, Aéroports de Paris et Engie. Il intègrera dans la future loi Pacte, qui doit être présentée le 18 juin, des mesures ouvrant la voie à ces privatisations.

L'Etat est actuellement actionnaire à hauteur de 24,10% de Engie, l'ex-GDF Suez, dont il a déjà cédé des parts. La loi actuelle l'obligeait à rester au-dessus des 33% des droits de votes ou du capital.

"Il n'est pas prévu d'opération à court terme car une loi est nécessaire pour permettre à l'Etat de réduire sa participation, or celle-ci serait promulguée fin 2018 ou début 2019", rappelle Engie.

L'opération n'interviendrait donc qu'après la journée destinée aux investisseurs fin 2018, au cours de laquelle des perspectives long terme et un point sur la stratégie de l'entreprise seront annoncés.

Cela doit permettre "à l'opération de se dérouler dans les meilleures conditions, à la fois pour l'Etat et pour le groupe", assure Engie.

Le groupe souligne aussi qu'une "sortie de l'Etat, partielle ou complète, permettrait d'augmenter le capital flottant, assurant une meilleure liquidité".

© 2018 AFP