Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

BILLET RETOUR

Shenzhen, ancien port de pêche symbole du miracle économique chinois

En savoir plus

L'INFO ÉCO

L'Europe riposte aux droits de douane américains

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

"7 minutes contre le Franc CFA" : des artistes se mobilisent

En savoir plus

L'INFO ÉCO

La Grèce peut-elle couper le cordon financier avec l'UE sans danger ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Une choc du Time sur les séparations des familles de migrants

En savoir plus

LE DÉBAT

Élections en Turquie : Recep Tayyip Erdogan menacé ?

En savoir plus

POLITIQUE

Migrants aux Etats-Unis : Trump recule sur la séparation des familles

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Faouiza Charfi : "Il est important que nos enfants aient une autre vision de l'islam"

En savoir plus

FOCUS

France : le fléau des déchetteries sauvages

En savoir plus

Engie prêt "à tous les scénarios" en cas de cession des parts de l'Etat

© AFP/Archives | Engie est prêt à tous les scénarios et assure qu'une cession des parts de l'Etat n'affecterait pas sa capacité de financement

PARIS (AFP) - 

Le groupe énergétique Engie, dont l'Etat pourrait vendre ses parts, s'est dit mercredi "prêt à faire face à tous les scénarios", assurant qu'une telle opération se ferait "dans les meilleures conditions".

"Engie est prêt à faire face à tous les scénarios et, dans tous les cas, une sortie partielle ou complète de l'Etat n'aurait pas d'impact sur la capacité de financement du groupe", indique-t-il dans une déclaration.

Après plusieurs semaines d'hésitation, le gouvernement a annoncé mardi avoir donné son feu vert à des cessions d'actifs dans la Française des Jeux, Aéroports de Paris et Engie. Il intègrera dans la future loi Pacte, qui doit être présentée le 18 juin, des mesures ouvrant la voie à ces privatisations.

L'Etat est actuellement actionnaire à hauteur de 24,10% de Engie, l'ex-GDF Suez, dont il a déjà cédé des parts. La loi actuelle l'obligeait à rester au-dessus des 33% des droits de votes ou du capital.

"Il n'est pas prévu d'opération à court terme car une loi est nécessaire pour permettre à l'Etat de réduire sa participation, or celle-ci serait promulguée fin 2018 ou début 2019", rappelle Engie.

L'opération n'interviendrait donc qu'après la journée destinée aux investisseurs fin 2018, au cours de laquelle des perspectives long terme et un point sur la stratégie de l'entreprise seront annoncés.

Cela doit permettre "à l'opération de se dérouler dans les meilleures conditions, à la fois pour l'Etat et pour le groupe", assure Engie.

Le groupe souligne aussi qu'une "sortie de l'Etat, partielle ou complète, permettrait d'augmenter le capital flottant, assurant une meilleure liquidité".

© 2018 AFP