Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Déception pour les équipes africaines au Mondial de football

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Polémique autour des dépenses de l'Elysée

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mondial de football : la Russie lance sa Coupe du Monde

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Attractivité de la France : Paris profite-t-elle d'un effet Brexit ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Politique sociale : vers une réduction des aides ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Quelle place pour la communauté juive en France ?

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

De Bayonne à Hasparren, le patrimoine chanté du Pays basque

En savoir plus

TECH 24

Foot et tech : on refait le match !

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La réalité virtuelle comme avenir du film d'animation

En savoir plus

Mort de Robert Boulin: "il y a urgence" assure sa fille qui dénonce une justice trop lente

© AFP/Archives | Fabienne Boulin-Burgeat, fille de l'ancien ministre Robert Boulin, photographiée le 06 janvier 2011

PARIS (AFP) - 

"Il y a urgence": la fille de l'ancien ministre Robert Boulin, dont les circonstances de la mort en 1979 restent entourées de mystère, a demandé mercredi à la justice d'accélérer l'enquête sur la mort de son père, rouverte en septembre 2015.

"Je suis très inquiète", a déclaré Fabienne Boulin-Burgeat lors d'une conférence de presse au cabinet de son avocate Marie Dosé, la première depuis la réouverture de l'instruction à Versailles concernant la mort de son père.

"J'ai l'impression qu'on passe à côté de l'essentiel, on passe à côté de témoins qui ne demandent qu'à être entendus", a déploré la fille de Robert Boulin, ancien ministre du Travail retrouvé mort dans un étang de la forêt de Rambouillet en octobre 1979.

La justice avait conclu à un suicide en 1991 et prononcé un non-lieu, une décision contestée par la famille du défunt qui a toujours soutenu la thèse d'un assassinat politique.

"Fabienne Boulin demande l'audition de témoins", a précisé Me Marie Dosé, ainsi qu'un déplacement sur les lieux où a été découvert le corps avec les protagonistes de l'époque et "une nouvelle expertise médico-légale du dossier avec un collège d'experts".

D'après l'avocate, une quinzaine de témoins jamais auditionnés pourraient l'être par le magistrat instructeur et "le temps presse". "Je constate simplement qu'en 18 mois, j'ai cinq témoins qui sont décédés ou qui ne sont plus en état de témoigner", a détaillé Me Dosé.

"Nous avons décidé de saisir la chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Versailles pour qu'elle ordonne la réalisation de ces actes sollicités par Fabienne Boulin depuis maintenant trois années", a-t-elle ajouté.

Elle a également dénoncé le manque de moyens donnés à la justice pour faire éclater la vérité dans ce dossier. "Peut-être serait-il utile de décider d'une juridiction collégiale de l'instruction, pour que trois magistrats puissent travailler", a-t-elle suggéré.

"Quelque part, une justice à qui on ne donne pas les moyens va forcément conforter la thèse officielle", or c'est un dossier "qui concerne la Ve République", a insisté Marie Dosé.

© 2018 AFP