Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle malienne, la Cour constitutionnelle valide la victoire d'IBK

En savoir plus

LE DÉBAT

8 ans après, Athènes tourne la page des plans d'aide

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Taysir Batniji : "Mes cousins palestiniens exilés aux États-Unis se sentent Américains"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : les Vénézuéliens face à l’hyperinflation

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La Grèce, ses blessures fermées, et celles qui restent ouvertes"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

Privatisation d'ADP: Le Maire veut rassurer sur l'emploi et les tarifs

© AFP | Augustin de Romanet patron d'Aéroports de Paris au siège social d'ADP le 13 juin 2018 à Tremblay-en-France (Val d'Oise) près de Roissy

TREMBLAY-EN-FRANCE (AFP) - 

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire s'est voulu rassurant mercredi après l'annonce de la privatisation d'ADP affirmant que l'emploi serait préservé et les tarifs aéroportuaires contrôlés pour éviter de reproduire les erreurs commises lors de la privatisation des autoroutes.

Le ministre a rencontré la direction de Groupe ADP au siège de l'entreprise à Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis), où il a été accueilli par une cinquantaine de manifestants inquiets.

Une bousculade s'est produite à l'entrée du bâtiment où les salariés, mobilisés à l'appel de la CGT, la CFE-CGC, la CGT, FO et l'Unsa-SAPAP, ont finalement pu entrer. Une délégation a été reçue et un nouveau rendez-vous a été fixé à Bercy le 20 juin.

"Les salariés ont un statut. Ce statut ne sera pas remis en cause, nous sommes en train de définir un cahier des charges pour le futur concessionnaire (...) avec des obligations importantes", a affirmé le ministre devant les journalistes.

Il n'y aura "pas de changement du statut des salariés", la "régulation sur les tarifs" aéroportuaires sera garantie pour éviter leur explosion et l'Etat va "en outre garantir par la loi un nombre de rotations qui sera le même que celui qui existe aujourd'hui", a-t-il poursuivi.

Le PDG du Groupe ADP Augustin de Romanet a de son côté estimé que "dès lors que l'Etat dans son projet de loi s'engage pour le maintien du modèle industriel de l'entreprise", cette privatisation était "une bonne nouvelle".

S'agissant du statut des salariés des aéroports parisiens le "message est simple: le statut, qui est un arrêté du ministre des Transports, est maintenu", a-t-il ajouté.

"Nos salariés ont déjà fait des efforts considérables de compétitivité", a-t-il poursuivi précisant qu'en 2006, année de l'introduction en Bourse d'ADP, sa valorisation était de 4,5 milliards d'euros contre 18 milliards aujourd'hui.

- "Un actif clé" -

M. Le Maire avait déjà indiqué plus tôt sur RTL vouloir "tirer les leçons de ce qui s'est passé sur les autoroutes", dont la privatisation par le gouvernement de Dominique de Villepin en 2005 est aujourd'hui très décriée.

"Je comprends parfaitement les préoccupations des Français qui nous disent: +attendez, sur les autoroutes, les tarifs vous ne les avez pas régulés+", a-t-il assuré. Mais "il n'est pas question de faire de cadeaux à qui ce soit".

Le gouvernement a annoncé mardi qu'il allait ouvrir la voie à une privatisation d'ADP et de la Française des Jeux, ainsi qu'à la cession de nouveaux titres Engie, dans le cadre de la loi Pacte sur la croissance des entreprises qui sera présentée en conseil des ministres le 18 juin.

Concernant ADP, dont l'Etat possède 50,6% du capital, le gouvernement veut transformer le statut du groupe qui exploite Orly et Paris-Charles-de-Gaulle dans le cadre d'un contrat d'une durée illimitée en un modèle de concession, avec une limite pour l'exploitation de ses actifs fixée à 70 ans.

"Nous aurons un contrat de régulation dans lequel les tarifs seront révisés tous les cinq ans, et où l'Etat gardera la possibilité s'il estime que les tarifs proposés par la société ne sont pas satisfaisants de reprendre la main", a promis M. Le Maire.

Quant au profil du futur repreneur il a estimé qu'il est "beaucoup trop tôt pour le dire".

Les aéroports sont "un actif clé, une porte d'entrée sur le territoire français. Nous tiendrons compte dans l'appel d'offre du caractère particulier de cette infrastructure", a-t-il précisé.

Groupe ADP, qui gère directement ou indirectement 26 aéroports dans le monde, comptait fin 2017 près de 17.400 salariés dont 6.500 au sein d'Aéroports de Paris. En 2017, il a accueilli 228 millions de passagers (+7,4%) pour un chiffre d'affaires de 3,6 milliards d'euros.

© 2018 AFP