Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

Economie

Bercy prépare le terrain pour une vague de privatisations

© Joël Saget, AFP | La Française des jeux fait partie, avec Engie et ADP, des entreprises dont l'État envisage de se désengager.

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/06/2018

Engie, Française des Jeux et ADP : telles sont les trois entreprises qui seraient concernées par une sortie partielle ou complète de l'État de leur capital. Une mesure qui figurera dans un projet de loi présenté le 18 juin en conseil des ministres.

Ce serait la plus importante vague de privatisations de ces dix dernières années en France. Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a reconnu, lundi 12 juin, que l'État envisageait de se désengager des groupes ADP (ex-aéroports de Paris), Engie et la Française des Jeux (FdJ).

Le patron de Bercy doit présenter une loi en conseil de ministres, lundi 18 juin, qui permettra à l'État de céder des parts dans ces trois groupes spécifiques. Le gouvernement n'a, pour l'instant, pas légalement le droit de passer en dessous d'un certain seuil de participation.

"L'État n'a pas vocation à diriger des entreprises concurrentielles [...]. Nous passons d'une logique de gestionnaire à une logique d'investissement dans l'avenir", a justifié Bruno Le Maire, dans un entretien accordé au quotidien Les Échos. Il espère aussi que ces cessions permettront de réduire davantage la dette française.

Éviter les erreurs du passé

Mais ce changement ne signifie pas qu'ADP, Engie ou la FdJ passeront du statut de groupe public à entreprise privée du jour au lendemain. Le gouvernement n'a pas spécifié combien de parts il comptait mettre en vente, ni qui pourrait être intéressé par leur achat. ADP ne devrait cependant pas échapper à un changement de statut, puisque l'État possède actuellement 50,6 % du capital.

Le ministre de l'Économie ne veut pas se précipiter et juge que cette vente ne devrait pas intervenir avant 2019. Le gouvernement espère aussi éviter les erreurs du passé, notamment ceux de la très décriée privatisation des autoroutes en 2005. Des garde-fous devraient être inscrits dans le projet de loi qui sera présentée dans une semaine, a assuré Bruno Le Maire. Ainsi, dans le cas d'ADP, les actifs qui seront cédés par l'État devront être restitués aux pouvoirs publics dans 70 ans.

Première publication : 13/06/2018

  • ÉCONOMIE

    La France poursuit ses bonnes performances en matière d'investissements étrangers, selon une étude

    En savoir plus

  • FRANCE

    L’Élysée veut vendre des produits dérivés pour financer sa rénovation

    En savoir plus

  • FRANCE

    L'État va reprendre 35 milliards d'euros de la dette de la SNCF, espérant une sortie de crise

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)