Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

Donald Trump: "C'est la faute d'Angela Merkel"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire, le PDCI allié de Ouattara rejette un "parti unifié"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Immigration : de l'Espagne aux Etats-Unis en passant par l'Allemagne, les voix s'élèvent

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Royaume" : Yumi et Moonboy, un tandem poétique, électro-pop

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Aux Etats-Unis, la réalité "sinistre" des enfants séparés de leurs parents sans-papiers

En savoir plus

L’invité du jour

Alexandre Mars : "Faire une société dans laquelle le don sera la norme"

En savoir plus

FOCUS

Arménie : les ravages de la corruption sur l'environnement

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Éthiopie : le barrage pharaonique construit sur le Nil

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Je pense, donc je foot"

En savoir plus

Retraites : la réforme votée au "premier semestre 2019" (Macron)

© AFP | Emmanuel Macron lors du congrès de la Mutualité le 13 juin 2018 à Montpellier

MONTPELLIER (AFP) - 

Emmanuel Macron a annoncé mercredi la présentation d'une loi sur les retraites "au début de l'année 2019" et qui devrait être "votée dans le premier semestre" de la même année.

"Je veux que nous puissions maintenir notre système de retraite par répartition et la solidarité entre générations", a déclaré le chef de l'Etat lors d'un discours au congrès de la Mutualité à Montpellier.

Plaidant pour un "solidarisme" qui va "avec la fin d'une société de statuts", le président de la République a annoncé "une loi (...) présentée au début de l'année 2019 et (qui) sera votée dans le premier semestre de l'année 2019".

"Un temps de transition sera ensuite accordé", a-t-il précisé.

"La refonte de l'ensemble de notre système de retraite", conduira selon le président vers un "système (...) qui permettra qu'un euro cotisé donne le même montant de droit".

"Que nous fassions progressivement converger l'ensemble des régimes existants qui s'étaient construits dans des différences aujourd'hui devenues inexplicables, c'est la clé pour rétablir (...) la justice du système", a déclaré M. Macron.

"C'est la clé pour répondre à la défiance collective dans laquelle nous nous sommes installés et aussi pour répondre au défi du vieillissement", a-t-il ajouté.

"Nous avons choisi de ne pas faire une énième réforme budgétaire privilégiant le court terme", a-t-il justifié, appelant à "enfin remettre à plat l'édifice".

Depuis un an, le chef de l'Etat a peu précisé ses intentions, indiquant seulement vouloir "consolider" le système de retraite par répartition.

Les Français sont d'ores et déjà invités à y réfléchir via une "large consultation citoyenne" lancée fin mai. "Un sujet d'une telle ampleur nécessite une large consultation citoyenne", avait alors estimé Jean-Paul Delevoye, Haut commissaire à la réforme des retraites.

Des discussions ont également été entamées mi-avril avec les partenaires sociaux.

© 2018 AFP