Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

Wall Street fragilisée par la perspective d'une Fed plus agressive

© GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives | Wall Street a terminé dans le rouge le 13 juin 2018

NEW YORK (AFP) - 

Wall Street a terminé dans le rouge mercredi, lestée par une banque centrale américaine (Fed) se montrant plus optimiste sur l'économie et donc plus disposée à resserrer sa politique monétaire, ainsi que par la menace de nouvelles sanctions sur la Chine.

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a cédé 0,47% à 25.201,20 points.

Le Nasdaq, à forte composante technologique, 0,11% à 7.695,70 points.

L'indice élargi S&P 500 a reculé de 0,40% à 2.775,63 points.

Les indices ont piqué du nez après la diffusion par la Fed d'un communiqué relevant ses prévisions de croissance et d'inflation pour 2018. Pour éviter une éventuelle surchauffe de l'économie, l'institution a remonté ses taux d'intérêt pour la seconde fois de l'année mais a aussi prévu deux hausses de taux supplémentaires d'ici fin décembre.

Toute décision de cette nature rend de façon générale plus cher le coût des emprunts pour les particuliers et les entreprises, ce qui pourrait freiner leurs dépenses de consommation et d'investissement et éventuellement peser sur la croissance.

L'indice représentant au sein du S&P 500 le secteur immobilier, particulièrement sensible à la perspective d'une hausse des taux, a reculé de 2,32%.

La perspective d'une progression rapide des taux importe aussi aux courtiers de Wall Street, qui ont beaucoup profité au cours des dernières années des taux bas de la Fed et accueillent donc généralement une telle décision avec circonspection.

Au final, "les décisions de la Fed correspondaient plutôt aux attentes mais le fait qu'elle se soit montrée un peu plus agressive que prévu a pu rendre quelques investisseurs nerveux", a souligné Art Hogan de Wunderlich Securities.

Sur le marché obligataire, les taux d'intérêt ont grimpé avant de se stabiliser, le rendement sur la dette américaine à 10 ans évoluant vers 20H35 GMT à 2,974% contre 2,961% mardi soir et celui à 30 ans à 3,092% contre 3,094% à la précédente fermeture.

Le marché a aussi été secoué mercredi par des informations de presse sur la préparation de nouvelles sanctions américaines contre la Chine, annoncées peut-être dès vendredi.

De grandes multinationales comme l'avionneur Boeing ou le fabricant d'engins de chantier Caterpillar, deux membres du Dow Jones qui pourraient pâtir des tensions commerciales, ont respectivement baissé de 1,83% et 1,77%.

- Tesla dopé par son fondateur -

Les investisseurs surveillaient aussi le secteur des télécoms et des médias au lendemain d'une victoire notable pour l'opérateur AT&T (-6,20%), qui a reçu le feu vert d'un juge américain pour avaler le poids lourd des médias Time Warner (+1,80%).

Après cette décision, Comcast a cédé 0,19% alors que le marché anticipait le lancement d'une contre-offre sur les actifs du groupe de médias Fox (+7,70%), déjà promis à Disney (+1,90%) en décembre. Le câblo-opérateur a finalement annoncé juste après la clôture mercredi vouloir faire une proposition à 65 milliards de dollars.

La décision judiciaire, qui a avalisé une fusion dite "verticale" entre entreprises qui ne sont pas directement concurrentes, a pu également donner un signal positif pour d'autres mariages du même type dans d'autres secteurs, comme le rachat de l'assureur santé Aetna (+3,73%) par la chaîne de pharmacies CVS (+3,10%) ou encore celui du prestataire de services pharmaceutiques Express Scripts (+3,28%) par l'assureur santé Cigna (-1,48%).

Parmi les autres valeurs du jour, General Motors (GM) a gagné 0,61%. Le constructeur automobile a promu Dhivya Suryadevara au poste de directrice financière, qui remplacera Chuck Stevens à partir du 1er septembre.

Le groupe de prêt-à-porter Guess a perdu 1,61% après le départ de son cofondateur, Paul Marciano, qui s'était mis en retrait en février après avoir été accusé de harcèlement et d'agression sexuelle.

Tesla a gagné 0,59% alors que son emblématique patron Elon Musk a annoncé avoir acheté pour 24,9 millions de dollars d'actions de l'entreprise, une transaction qui renforce un précédent investissement de 9,85 millions effectué en mai.

© 2018 AFP