Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DANS LA PRESSE

"Plus de 68 millions de personnes chassées de chez elles à-travers le monde, en 2017"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron recadre un édutiant qui l'appelle "Manu"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Inondations en Côte d'Ivoire, au moins 18 morts à Abidjan

En savoir plus

LE DÉBAT

Migrants : l'Europe à l'épreuve

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Marine Le Pen : "Jean-Marie Le Pen va mieux"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Marine Le Pen : "Le parlement européen est dans une démarche d'agression, tous nos droits ont été violés"

En savoir plus

FOCUS

VIH en Chine : la jeunesse particulièrement exposée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ingrid Chauvin et Jimmy Jean-Louis, stars du petit écran

En savoir plus

L’invité du jour

Chef Simon : "Ce n’est plus notre corps qui décide de ce que l’on va manger, mais notre cerveau"

En savoir plus

La BCE fait reculer l'euro et enthousiasme les places européennes

FRANCFORT (AFP) - 

Les marchés financiers européens progressaient jeudi après-midi, appréciant les annonces de la Banque centrale européenne (BCE) qui a notamment déclaré qu'elle conserverait ses taux au plus bas jusqu'à la fin de l'été 2019.

Vers 13h30 GMT, à Paris le CAC gagnait 1,11% à 5.513,31 points et à Francfort, le Dax montait de 0,91% à 13.007,89 points. A Milan, le FTSE Mib était aussi bien orienté (+0,31%) tout comme l'indice Ibex 35 à Madrid (+0,13%). L'indice EuroStoxx 50 prenait quant à lui 0,81%.

L'euro perdait de son côté 1,4% et valait 1,1681 dollar, contre encore plus de 1,18 dollar juste avant les annonces de la BCE.

Lors de sa réunion de politique monétaire à Riga, en Lettonie, la BCE a maintenu ses taux directeurs au plus bas, et indiqué qu'elle comptait continuer de le faire jusqu'à la fin de l'été 2019.

Parallèlement, elle a annoncé que son vaste programme de rachats de dettes (aussi appelé Quantitative easing ou QE, NDLR) s'arrêterait à la fin de l'année pour peu que les données "confirment" la progression de l'inflation en zone euro.

Les marchés s'attendaient à une hausse des taux plus précoce, en juin, ce qui explique que l'euro et les rendements d'Etat se soient orientés à la baisse après ces annonces.

Ainsi, le rendement du Bund allemand à 10 ans cédait un peu plus de 2 points à 0,458% contre 0,482% à la clôture la veille. Celui de la France se détendait aussi, s'affichant à 0,795% contre 0,842% la veille, tout comme le rendement de même échéance de l'Espagne à 1,369% contre 1,411%. Quant à l'Italie, son taux d'emprunt à dix ans était quasiment stable à 2,804%.

"L'annonce par la BCE qu'elle mettra fin à son programme d'achats d'actifs en décembre est peut-être un peu plus audacieuse que ne l'attendaient les marchés", relèvent les analystes de Capital Economics dans une note.

En effet, certains investisseurs s'attendaient à ce que la BCE temporise l'annonce de la fin de son vaste programme d'achats d'actifs, étant donné la situation politique italienne, et qu'elle repousse cette discussion à sa prochaine réunion.

Toutefois, "cette annonce est tempérée par l'engagement de maintenir les taux d'intérêt à leurs niveaux durant plus d'une année", ajoute Capital Economics.

"La BCE est plus ferme sur le +QE+, mais plutôt accommodante sur les taux d'intérêt. Avec cet équilibre, Mario Draghi espère garder les marchés stables", relève de son côté Neil Wilson, analyste chez Markets.com.

Dans ces conditions, les marchés, qui étaient à la peine depuis leur ouverture, ont changé de tendance, visiblement satisfaits des conclusions de l'institution de Francfort.

© 2018 AFP