Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Emmanuel Ramazani Shadary, le dauphin qui ne fait pas l'unanimité

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Sénat argentin rejette la légalisation de l'avortement

En savoir plus

LE DÉBAT

Proche-Orient : un nouvel affrontement est-il imminent entre Israël et le Hamas ?

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Cannabis : le casse-tête de la légalisation

En savoir plus

La cheffe de la diplomatie canadienne dénonce à Washington des taxes "absurdes"

© AFP/Archives | La ministre canadienne des Affaires étrangères diplomatique, Chrystia Freeland, ici le 13 juin 2018

WASHINGTON (AFP) - 

La ministre canadienne des Affaires étrangères a jugé mercredi "absurde" que les Etats-Unis justifient au nom de la sécurité nationale les taxes douanières imposées au Canada, après une rencontre avec des sénateurs américains qui ont affiché leur désaccord avec Donald Trump.

En pleine dispute commerciale et diplomatique, Chrystia Freeland a rencontré à Washington des membres de l'influente Commission sénatoriale des Affaires étrangères, dont les dirigeants, républicain comme démocrate, ont dénoncé ouvertement les mesures du président américain à l'encontre d'alliés de longue date comme le Canada et l'Union européenne.

L'argument de la sécurité nationale, qui a permis au président américain d'imposer directement ces taxes douanières sur l'acier et l'aluminium sans passer par le Congrès, est "franchement absurde", a martelé la ministre devant les journalistes.

"Les Etats-Unis doivent retirer ces taxes illégales et injustes pour le Canada et ses alliés", a-t-elle ajouté après une réunion de près d'une heure avec la plupart des membres de la commission.

"Nous croyons vraiment qu'au final, le sens commun l'emportera."

Ni elle ni les sénateurs n'ont révélé si ces derniers s'étaient excusés pour les critiques acerbes déversées par la Maison Blanche contre le Premier ministre canadien Justin Trudeau, après un sommet du G7 calamiteux.

"Le gouvernement canadien ne croit pas que des attaques ad hominem soient la bonne façon de mener la politique étrangère (...) surtout quand il s'agit de vos plus proches alliés", s'est-elle contenté de répondre.

Très critique de Donald Trump sur ces tarifs douaniers, le sénateur républicain menant la commission, Bob Corker, a regretté que la Maison Blanche ait "détérioré" certaines relations extérieures. "Je ne connais aucun sénateur du côté républicain qui n'ait exprimé au président son inquiétude" à ce sujet.

Saluant la relation avec le Canada comme "l'une des alliances les plus importantes que nous ayons", le démocrate Bob Menendez, numéro deux de la commission, a souligné que "l'opinion du président n'est pas celle de tous les Américains et encore moins celle d'une majorité au Sénat".

La tempête internationale déclenchée par les taxes douanières américaines intervient alors même que Washington, Ottawa et Mexico sont engagés depuis de long mois dans la renégociation, voulue par le président Donald Trump, de l'accord de libre-échange nord-américain (Aléna).

A ce sujet, Chrystia Freeland a expliqué qu'elle s'entretiendrait jeudi avec le représentant américain pour le Commerce (USTR), Robert Lighthizer, qu'elle a déjà rencontré à plusieurs reprises.

© 2018 AFP